La Résurrection de Jésus-Christ : Fait ou Fiction? (2ème partie)

Il est VRAIMENT ressuscité. Deuxième article de Bob Gonzales sur la réalité de la résurrection corporelle de Jésus-Christ. Et son importance pour nous. 

Le Nouveau Testament présente la résurrection du Christ comme un fait historique. Dans le post précédent, nous avons examiné deux faisceaux de preuves justifiant son historicité, et nous avons cherché à réfuter les objections les plus courantes à la résurrection du Christ. Malgré cela, il existe de soi-disant théologiens chrétiens qui tendent à dire que la resurrection littérale et historique du corps de Christ d’entre les morts n’est pas essentielle au christianisme. Selon ces hommes, notre foi chrétienne peut exister sans qu’il n’y ait aucune référence à l’événement historique de la résurrection.  Écoutez un de leurs prophètes :

Une résurrection de la foi, pas de Jésus

« La résurrection elle-même n’est pas un événement de l’histoire passée […] Le problème historique n’a aucune pertinence en matière de croyance chrétienne en la résurrection […] La vraie foi de Pâques est la foi en la parole de la prédication. Si l’événement du jour de Pâques est, en un sens, un événement historique supplémentaire à l’événement de la croix, ce n’est rien d’autre que la résurrection de la foi dans le Seigneur ressuscité. »

En d’autres termes, ce qui s’est réellement passé le matin de Pâques suivant la mort de Jésus, au sens littéral et historique, n’était pas Dieu ressuscitant Jésus d’entre les morts. Ce qui s’est réellement passé, c’est que les disciples ont commencé à croire que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts. Voyez-vous la différence ? Jésus n’est pas réellement ressuscité d’entre les morts ! Si quelque chose est ressuscité, c’était la foi des disciples. Ils croyaient en quelque chose.

C’est ce dont vous et moi avons besoin, d’après ces théologiens modernes. Nous n’avons pas besoin d’une résurrection du corps du Christ. Nous avons juste besoin d’une résurrection de notre foi !
C’est comme le chat du Cheshire dans Alice au Pays des Merveilles. Le corps du chat a disparu, mais le sourire du chat reste. Vous avez le sourire du chat sans le corps du chat. De la même façon, ces personnes prétendent que nous pouvons avoir la foi de Pâques sans la résurrection de Pâques.

Est-ce réellement important ?

Comment devrions-nous répondre à ceux qui nous disent que la résurrection de Jésus n’a aucune espèce d’importance pour notre foi ? C’est peut-être Alice au Pays des Merveilles, mais ce n’est pas le christianisme. D’ailleurs, si vous vous souvenez de l’histoire, il ne fallut pas longtemps avant que le sourire du chat ne disparaisse. De la même manière, ceux qui tentent d’avoir la foi chrétienne sans la résurrection de Christ découvrent rapidement que la foi disparait de la même manière. Tel est l’argument de l’apôtre Paul :

Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. Il se trouve même que nous sommes de faux témoins à l’égard de Dieu, puisque nous avons témoigné contre Dieu qu’il a ressuscité Christ, tandis qu’il ne l’aurait pas ressuscité, si les morts ne ressuscitent point. Car si les morts ne ressuscitent point, Christ non plus n’est pas ressuscité.  Et si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus. Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes. (1 Cor. 15:14-19)

Dans un certain sens, nous n’avons pas besoin que Paul nous le dise. Nous savons dans notre for intérieur que, si la résurrection de Christ n’est pas un fait, si la Pâques ne se fonde pas sur un tombeau vide, alors il s’agit juste d’une comédie et d’une imposture. […] L’historicité de la résurrection est une condition sine qua non de notre foi.

Cela nous en amène à l’application. Qu’est-ce que cet événement historique qui s’est passé il y a 2000 ans a à voir avec nous aujourd’hui ? Christ est ressuscité d’entre les morts… et alors? Après avoir affirmé l’historicité de la résurrection de Christ, permettez-moi maintenant de souligner quelques-unes de ses applications pratiques.

Les applications de la résurrection de Christ

1. Elle confirme l’Evangile.

Si Jésus est bien ressuscité d’entre les morts, alors cela signifie qu’il est ce qu’il prétend être et qu’il a fait ce qu’il a dit qu’il ferait. L’Évangile est vrai ! Écoutez comment Paul résume l’évangile dans 1 Corinthiens 15:3-4:

Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures; il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures. (1 Cor. 15:3-4)

La résurrection de Christ est le cœur même de l’Evangile. Cette vérité centrale de l’Évangile n’était pas une fable, ce n’était pas une fiction : il s’agit d’un véritable événement historique ! Il n’est pas “trop beau pour être vrai ». Il à la fois trop beau, et tellement vrai ! Ainsi en parle Paul, mais également Pierre :

Ce n’est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais c’est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux. (2 Pierre 1:16).

Nous pouvons être sûrs que l’Évangile, qui concerne la personne et l’œuvre de Jésus-Christ, est vrai ! Ce qui implique :

  • La réalité de la résurrection du Christ confirme ses propres déclarations, à savoir qu’il est le Messie et le Fils de Dieu (Rom. 1:4).
  • La réalité de la résurrection de Christ nous assure que Dieu était parfaitement satisfait de son sacrifice (Rom. 4:25).
  • La réalité de la résurrection de Christ nous assure de la victoire sur la mort (1 Cor. 15:20, 55).
  • La réalité de la résurrection du Christ nous rappelle qu’il viendra à nouveau corporellement pour juger les vivants et les morts (Actes 17:30)

Que ferez-vous donc du Christ ressuscité ? La résurrection de Christ est non seulement un fait historique, mais c’est également un fait d’actualité ! Ce n’est pas simplement un évènement ayant eu impact dans le passé, c’est un fait pertinent pour le présent ! La résurrection prouve que Jésus est bel et bien vivant, et que nous avons tous à tenir compte de ce fait.

[…]

Christ est encore aujourd’hui AVEC NOUS. Qui peut être contre nous ?!

Mais pour les incrédules, la réalité de la résurrection du Christ est une vérité profondément inconfortable. Il les convainc de péché. Il revendique des droits sur leur vie. Il exige une réponse de tous ceux qui sont confrontés à cette réalité factuelle.

Que ferez-vous du Christ ressuscité? Voulez-vous prendre cet homme pour être votre Seigneur et Sauveur du péché ?

Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. (Rom. 10:9)

2. Elle met en évidence l’incrédulité humaine.

[…]

Un article issu de “The Modern Jewish Encyclopedia“ (Encyclopédie Juive Moderne, NDGB) suggère que la personnalité extraordinaire de Jésus combinée à la naïveté exacerbée des habitants du 1er siècle ont posé les bases d’une atmosphère de naïveté et la crédulité. En d’autres termes, le contexte “pré-scientifique », superstitieux du 1er siècle était un terreau favorable à une croyance largement répandue en la résurrection des corps.

Mais cette analyse du premier siècle ne peut être soutenue. Tout d’abord, il faut relever qu’il y avait beaucoup de scepticisme autour de la question de la  résurrection, même au temps des apôtres :

  • La plupart des Romains et des Grecs étaient dualistes et rejetaient toute idée de résurrection corporelle (cf. Actes 17).
  • Le parti juif libéral des sadducéens, qui constituait la majorité politique, rejetait la résurrection corporelle.
  • Même les Juifs les plus conservateurs qui continuaient à croire en une résurrection corporelle (par exemple : les Pharisiens et les disciples du Christ) ne croyaient pas qu’une telle résurrection puisse avoir lieu avant la fin du monde.
  • La pensée que Jésus de Nazareth soit ressuscité était particulièrement offensante pour les Juifs, car il avait été crucifié en tant que blasphémateur sur une croix romaine, ce qui signifiait qu’il était mort sous la malédiction de Dieu. (Deut. 21:3 ; Galates 3:13)

Deuxièmement, il y a, encore aujourd’hui, beaucoup de superstition et de crédulité, malgré que nous vivions au beau milieu d’un certain « âge scientifique ». […]
De mon point de vue, il faut beaucoup plus de foi pour croire aux théories actuelles de la science qu’il n’en faut pour accepter la prédication apostolique de la résurrection. Pourtant, des millions de persones sont prêtes à rejeter les preuves convaincantes de la résurrection, et sont assez crédules pour embrasser les théories les spectaculaires de la science moderne.

Quelle est l’explication ? Pourquoi les gens rejettent-ils donc des preuves aussi claires ? La réponse est qu’ils refusent tout simplement de croire. Même le philosophe athée Aldous Huxley l’admet implicitement, lorsqu’il écrit : « Nous ne savons pas parce que nous ne voulons pas savoir ». Et c’est exactement l’explication donnée par l’Ecriture:

Mais l’homme naturel n’accepte pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. (1 Cor 2:14)

 […]

Les personnes qui rejettent la résurrection ne le font pas par absence de preuve, mais parce qu’ils ne parviennent à la connaissance de la vérité, du moins jusqu’à ce que Dieu leur ouvre les yeux. Jésus lui-même a dit : Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire; et je le ressusciterai au dernier jour. » (Jean 6:44)

Les hommes ne croiront et n’accepterons pas le fait de la résurrection jusqu’à ce que Dieu soumette leur cœur -jusqu’à ce qu’il enlève de leur coeur l’inimitié contre Dieu ! Et nous devons nous rappeler de cela quand nous rencontrons des personnes sceptiques à l’égard de la Bible. En réalité, il ne s’agit pas de leur fournir davantage de faits. En fin de compte, il s’agit de les appeler à la repentance.

La Bible nous assure déjà qu’ils connaissent le vrai Dieu dans leur for intérieur. La Bible nous assure – et nous savons bien cela par expérience- que la parole de Dieu s’authentifie elle-même. Par conséquent, lorsque les hommes entendent l’Évangile, la vérité sur Dieu et la vérité au sujet de leur péché, ils devraient reconnaitre intuitivement la voix de leur Créateur. Papa les appelle à la maison pour le dîner, et s’ils ne viennent pas, c’est tout simplement parce qu’ils le refusent.

Chrétiens, n’êtes-vous pas heureux de ce que Dieu vous ait ouvert les yeux afin que vous puissiez contempler le fait historique de la résurrection ? Cela nous amène au point suivant.

3. Elle est la base de notre espérance et de joie.

À la lumière de la réalité historique de la résurrection du Christ, nous devrions être les personnes heureuses et les plus joyeuses sur cette terre !

Alors que le moment de sa mort approchait, Jésus a préparé ses disciples par ces paroles, qui font allusion à sa résurrection:

En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira: vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie. (Jean 16:20)

La pensée de Jésus-Christ, qui seul a les paroles de la vie éternelle, pourrissant dans un tombeau palestinien est une pensée très déprimante. Ce n’est pas seulement la pensée de perdre un ami très proche, mais également celle de perdre tout espoir et tout sens à la vie. Avez-vous déjà traversé un cimetière en vous demandant : “Et si c’était ça la fin? »

  • Pour toujours séparés de la beauté de la création
  • Pour toujours éloignés des expériences joyeuses de la vie
  • Pour toujours coupés de la communion des amis proches
  • Pour toujours séparés de l’amour d’une femme et des enfants
  • Pour toujours coupés des joies spirituelles de la communion avec Dieu

Y a t-il une pensée plus déprimante et décourageante que celle ci ? C’était exactement ce que les disciples ressentaient. Leur cœur était rempli de tristesse.

Mais quand est venu le dimanche matin, tout a changé ! Non seulement Jésus est ressuscité d’entre les morts, mais avec Lui leurs espoirs et leurs joies.

C’est exactement l’effet que la résurrection devrait produire sur nous ! Quand nous sommes découragés, quand nous sommes abattus et déprimés, la réalité de la résurrection de Christ nous permet de dire avec le psalmiste :

Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au-dedans de moi? Espère en l’Eternel, car je le louerai encore; Il est mon salut et mon Dieu (Psaume 42:6)

4. Elle nous motive à vivre et à travailler pour le monde à venir.

La réalité historique de la résurrection du Christ devrait nous pousser à chercher premièrement le royaume de Dieu (Matthieu 6:23).

Peu de choses durent, dans ce monde. Pensez aux choses les plus anciennes. Allez en Egypte. Allez en Palestine. Allez en Syrie. Allez en Irak. Allez en Grèce. Allez à Rome. Voyez ce qui reste des plus grands empires qu’ait connu ce monde. Tout n’est que ruines…

Non seulement les hommes périssent, mais le travail de leurs mains est oublié. Personne ne semble plus s’en préoccuper. Le sage écrivain du livre de l’Ecclésiaste fait allusion à cette triste réalité :

J’ai haï tout le travail que j’ai fait sous le soleil, et dont je dois laisser la jouissance à l’homme qui me succédera. Et qui sait s’il sera sage ou insensé? Cependant il sera maître de tout mon travail, de tout le fruit de ma sagesse sous le soleil. C’est encore là une vanité. (Ecclesiastes 2:18-19)

 Avez-vous déjà ressenti cela? Vous êtes-vous jamais demandé …

  • Est-ce que mes enfants se souviendront de tout ce que je leur ai enseigné ?
  • Que va t-il advenir de toutes les connaissances que j’ai acquises ?
  • Qu’en est-il de tout le travail que j’ai fait pour le Royaume ?
  • Mon église locale sera t-elle encore ici dans 50 ans ?

Ces pensées peuvent être particulièrement déprimantes, à moins que Jésus ne soit ressuscité. Car si Christ est ressuscité des morts, nous ressusciterons nous aussi.

Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur. (1 Corinthiens 15:58)

Chrétiens : par la vertu de l’évènement historique de la résurrection, vos travaux DANS LE SEIGNEUR ne sont pas vains.

Et j’entendis du ciel une voix qui disait: Ecris: Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent. (Apocalypse 14:13)

Pour quoi travaillez-vous ? Où concentrez-vous votre temps et votre énergie? Investissez-vous vie dans ce qui ne périra jamais?

 

Bob Gonzales
Professeur et Doyen Académique de RBS (Reformed Baptist Seminary), en Caroline du Sud (USA), pasteur et auteur. 

L’article original (et complet), en anglais, se trouve sur le blog de Bob Gonzales, It is Written.

* Rudolph Bultmann, “Kerygma and Myth », cité dans “Baker’s Dictionary of Theology », p. 455

Réflexions et ressources d'édification centrées sur Dieu