Homme et femme : Féminisme et esclavagisme (4/4)

Au sujet de la complémentarité et de l’égalité homme-femme au sein de l’église locale et du couple, certains théologiens rejettent l’emphase biblique sur l’autorité de l’homme en disant que l’enseignement du Nouveau Testament à ce sujet (comme par exemple en 1 Timothée 2) est lié exclusivement à la culture du  Ier siècle, et donc ne peut être appliqué de nos jours de la même manière. Comme nous l’avons  vu précédemment , un tel raisonnement ne tient pas devant une bonne exégèse des passages concernés.

Cependant, il existe une nouvelle parade : depuis une dizaine d’année utilisée par d’autres théologiens qui consiste à dire que Paul a effectivement parlé de complémentarité des rôles au sein du couple et du ministère, mais que nous devons adopter une herméneutique (façon dont nous allons appliquer l’enseignement biblique aujourd’hui) dynamique et non statique.

C’est-à-dire que l’enseignement éthique de Paul ne doit pas être compris comme définitif, mais comme étant inclus dans un mouvement rédemptif de telle sorte que nous nous devons de l’appliquer différemment aujourd’hui . Cette différence viendrait du fait que l’enseignement éthique du NT était alors comme à l’état de  graine et impliquait une croissance pour atteindre une maturité (un idéal dont  l’impulsion  aurait donc été initiée dans le NT).

L’enseignement de Paul par rapport à la femme serait alors analogue à celui sur l’esclavage. Le canon biblique ne nous  livrerait  qu’un enseignement à l’état de graine  pour ceux-ci. Paul nous aurait donné une direction rédemptive  pour que ces deux éléments soient compris et envisagés de nos jours au travers des lunettes d’un idéal éthique  qui constitue la finalité de ce mouvement rédemptif. C’est-à-dire que, concernant l’esclavage, Paul nous a donné  une direction (et non une interdiction claire de l’esclavage alors pratiquée au Ier siécle) qui devait clairement aboutir à une situation idéale dépourvue de tout type d’esclavage. Il nous faut néanmoins garder en tête que la notion d’esclavage au Ier siècle n’était pas équivalente à celle qui fut malheureusement pratiquée en Afrique et en Occident.

Certains auteurs appellent donc cette démarche herméneutique un mouvement herméneutique rédemptif . Une telle démarche qui conduit à un rejet de toute forme d’esclavage (qui est une offense à  l’image de Dieu que chaque homme et femme  porte  en lui-même), est une bonne chose.
Mais avons-nous besoin d’adopter une  telle démarche herméneutique pour arriver à ce type de conclusion ? Je ne le crois pas.

Ils utilisent  alors ce  mouvement  pour la vision de la femme et de son rôle. Ils disent que les deux situations sont parallèles et qu’il ne faut donc pas rester à l’enseignement paulinien du Ier siècle, mais en suivre la direction dont la finalité était inévitablement une vision égalitaire (Gal 3.28 alors compris au delà de son contexte sotériologique (accès au salut identique pour les hommes et les femmes)).

Je ne résume ici que de façon globale le raisonnement, mais il faut savoir qu’un tel raisonnement est dangereux car c’est un attaque envers la suffisance et la clarté des écritures, car ce ne sont plus les écritures qui sont la norme éthique de la communauté de la nouvelle alliance, mais ce sont les présupposés subjectifs de l’interprète (ce que lui considère comme l’idéal éthique dont le canon biblique ne serait que l’ombre).

Benjamin Reaoch a fait sa thèse sur ce sujet (sous la direction de Thomas Schreiner) et il a  édité en 2012 une version allégée de ses recherches et ainsi de sa critique de ce  mouvement hermeneutique rédemptif  (MHR). Son livre est précis et complet, et il est un vrai  boulet de canon contre ce colosse aux  pieds d’argiles qu’est le MHR.
Tout ceux qui s’intéressent à ce débat devraient le lire, et particulièrement la branche féministe et égalitairienne. Ses arguments sont pertinents, bibliques et précis. Tout d’abord il met bien les choses au  clair  concernant le lien entre la bible et l’esclavage. Il est clair que Paul n’a pas condamné  ouvertement  l’esclavage du Ier siècle, mais ses instructions données dans le contexte de la relation maître/esclave exigeaient nécessairement la fin de tout type d’esclavage coercif où la profonde valeur de l’être humain n’était alors pas respectée (cf. Épître à Philémon).

L’enseignement de Paul à ce sujet se révèle donc être en totale opposition avec toute forme d’esclavage (dans le sens dont nous le comprenons aujourd’hui). Il faut noter alors que la Bible (dans une démarche canonique) en parlait de façon claire et ceci ne nécessitait aucune démarche herméneutique dynamique semblable à celle prônée par le MHR pour le comprendre.

Ensuite, L’auteur souligne avec justesse que c’est une erreur de mettre sur un même plan l’enseignement apostolique concernant la relation maître/esclave et la relation homme/femme. En effet, Paul n’encourage jamais la première, mais il donne un vrai enseignement sur la relation homme/femme. Il la décrit, et il l’ancre dans l’enseignement biblique de la création. En opérant ainsi, Paul nous permet de saisir que son enseignement sur la relation homme/femme doit être compris de façon transculturelle, car elle fut établie selon le bon dessein de Dieu en Eden, avant la chute.

B. Reaoch utilise encore beaucoup d’autres arguments et son examen est d’une grande valeur exégétique . Au livre de B. Reoach, je me dois aussi d’ajouter l’excellent article de Wayne Grudem à ce sujet qui été publié dans le journal théologique  JETS en 2004 (son article est une critique du livre de J. Webb, Slaves, Women and Homosexuals: Exploring the Hermeneutics of Cultural Analysis ). Son analyse est vraiment tout aussi précise et pertinente. Grudem souligne aussi à juste titre  que Webb (et ainsi une grande partie des  personnes  du MHR) ne réalise pas qu’une telle démarche herméneutique, en plus d’être une attaque directe envers la suffisance, la clarté et l’autorité des écritures,  est quelque chose d’inutile.

En effet, il nous faut réaliser qu’il existe déjà un mouvement herméneutique rédemptif propre au canon biblique  dans le fait que nous trouvons l’accomplissement de l’Ancien Testament dans le NT (concernant les notions de continuité et discontinuité entre l’AT et le NT, je ne peux que conseiller les excellents livres de T. Schreiner et de B. Rosner).

Ainsi, en ce qui concerne le rôle de l’homme et de la femme, la persistance apostolique d’ancrer une telle vision complémentaire dans la doctrine de la création, mais aussi dans le caractère de Christ (Eph 5) ou dans la relation économique trinitaire (1 Cor 10) démontre allègrement qu’une telle vision est transculturelle (pour le couple et le ministère). Une telle vision est bonne car elle reflète la  beauté et la gloire de notre Créateur et elle ne nécessite aucun réinterprétation, mais simplement  une réappropriation respectueuse par l’église.

 

DS

 

 

 

 



Je suis marié, et le Seigneur nous a fait la grâce d’avoir trois enfants. Je suis actuellement Pasteur Stagiaire sur Montréal. Je suis passionné par le Nouveau Testament, la théologie systématique et l’herméneutique. J’affectionne particulièrement les écrits des réformateurs, de Cornelius Van Til, Vern Poythress, John Frame, Greg Beale et John Piper.


  • Merci de nous avoir avertis sur cette nouvelle erreur qu’est le mouvement herméneutique rédemptif.

    Concernant les apparents « endossements » de l’esclavage gréco-romain dans le Nouveau Testament, voici la façon dont je résous cette question juridique.

    Dans la Bible, on doit notamment distinguer entre la Loi morale de Dieu (universelle, immuable, et absolument obligatoire pour tous les hommes de tous les pays à toutes les époques) et les dérogations divines à la Loi morale de Dieu. Il y a plusieurs choses que Dieu tolère sans nécessairement les approuver, sans les considérer comme consistantes à sa volonté prescriptive. En tolérant ces choses, Dieu déroge à sa Loi ; il le peut, puisque c’est à la création que sa Loi s’impose, pas au Créateur lui-même (je paraphrase ici Calvin).

    Le Nouveau Testament, à plusieurs occurrences, enjoint les esclaves chrétiens à ne pas se soulever contre leurs maîtres. Est-ce là une légitimation tacite de l’esclavage gréco-romain (qui était principalement un système d’esclavage par rapt) ? Nullement.

    La Bible impose la plus lourde sanction temporelle possible (c-à-d la peine capitale) ainsi que la plus lourde sanction spirituelle possible (c-à-d la damnation éternelle) à l’esclavage par rapt (Deutéronome 24:7, 1 Timothée 1:10, 1 Corinthiens 6:10).

    Y a-t-il là incohérence ? Non, la Loi de Dieu forme un corps de droit harmonieux. L’esclavage par rapt est illégal en vertu de la Loi morale de Dieu, mais Dieu déroge à cette règle au Ier siècle en tolérant l’esclavage par rapt gréco-romain.

    Pourquoi Dieu a-t-il fait cela ? Probablement pour permettre au christianisme de pénétrer dans les différentes strates sociales de la société gréco-romaine. C’était donc un mal nécessaire temporaire. Dieu savait d’avance que l’avancée du christianisme mènerait à l’anéantissement graduel de l’esclavage par rapt (ne serait-ce que sous l’impulsion des instructions sur la relation maître/esclave — comme vous le soulignez), comme ce fut le cas en Europe en Antiquité tardive et au Haut Moyen Âge.

    • Dieu dérogerait donc à la règle morale qu’il aurait instituée …?
      A mon avis, votre explication fait fausse route.

      Les textes preuves que vous invoquez ne me semblent pas très convaincants.

      Vous ne lisez pas le passage de Deut. 24:7 (probablement à visée juridique) à la lumière des commandements moraux d’Exode 21.
      De plus, si l’usage de ἀνδραποδιστής en 1 Tim. 1:10 peut constituer un point de débat intéressant sur l’évolution du concept d’esclavage dans le Nouveau Testament, je ne vois pas vraiment ce que 1 Cor. 6:10 vient faire dans la discussion.

      D’autre part, sur quelles études vous basez-vous pour affirmer que l’esclavage gréco-romain était avant tout un “esclavage par rapt” ?

      A mon avis, il y a un autre voie pour traiter cette question polémique

      Bien à vous.
      Guillaume

(CC) (BY NC ND) Le Bon Combat. Vous êtes encouragé à partager l'ensemble des ressources disponibles sur ce site. Si vous reproduisez un extrait de l'un de nos articles, nous vous remercions d'y inclure systématiquement un lien renvoyant vers la source. Dans le cas où vous souhaiteriez reproduire un article dans son intégralité, merci de nous contacter.