L’incroyable histoire de l’homme converti par sa propre prédication

Incroyable histoire que celle d’Elias Keach, qui s’est converti au cours de sa propre prédication ! Steve Weaver en fait le récit  dans cet article initialement publié en anglais sur le site de Founders Ministries le 3 août 2017.

**

 

Vers la fin du XVIIe siècle, le fils de Benjamin Keach, le célèbre pasteur anglais, arrive aux États-Unis. Bien qu’inconverti, Elias Keach se fait passer pour un pasteur afin de subvenir à ses besoins. Son plan se retourne cependant contre lui ; il est convaincu de péché au beau milieu de la prédication de l’un de ses messages frauduleux.

Voici le récit qu’en fait Morgan Edwards, l’un des tous premiers historiens des baptistes américains au XVIIe siècle :

“C’était le fils du célèbre Benjamin Keach de Londres. Il arriva aux États-Unis telle une étincelle sauvage autour de l’année 1686. À son arrivée, il s’habilla tout de noir afin de se faire passer pour un pasteur. La chose réussit selon ses plans ; la foule se bouscula pour entendre le jeune prodige de Londres. Son message se déroula sans encombre pendant un assez long moment. Puis il s’arrêta soudain, l’air stupéfait. L’audience le crut victime d’une attaque éclair, mais en lui demandant quel était le problème, ils le virent confesser, au milieu de larmes et de tremblements, l’imposture dont il était l’auteur. Son désespoir était grand mais eut une fin heureuse ; c’est en effet à cet instant précis qu’il se convertit.

Il entendit dire qu’il se trouvait à Cold Spring, entre Bristol et Trentown, dans le comté de Bucks, un pasteur baptiste. Il alla le voir dans le but de chercher conseil et réconfort ; ce fut cet homme qui le baptisa et qui l’ordonna pasteur. Le nom de cet homme était Thomas Dungan.

M. Keach partit de Cold Spring pour rejoindre Pennepek et y implanta une église ; il voyagea donc de Pennsylvanie et dans les Jersies en prêchant l’évangile dans les endroits les plus reculés, tant et si bien qu’il est probablement aujourd’hui considéré comme l’apôtre en chef des baptistes des États-Unis. Sa famille et lui embarquèrent pour la vieille Angleterre au début du printemps 1692, non sans avoir depuis longtemps laissé au Révérend John Watts la responsabilité de l’église. ”

 

Elodie est traductrice de profession, un talent qu'elle met régulièrement au service des lecteurs du Bon Combat

  • dan

    C’est en quelque sort l’histoire normale de n’importe qui ?…