Goliath est-il le seul géant de la Bible ?

– Article de Michael S. Heiser publié sur le Logos blog le 18 juillet 2017. Traduction : Elodie Meribault. 

 

Tout le monde connaît l’histoire de David et de Goliath, le géant de la ville de Gath. Ceux qui ne l’ont pas lue l’ont au moins déjà entendue. Les noms du héros d’Israël et de son terrible adversaire sont devenus de véritables icônes. Mais que sait-on à propos de Goliath excepté le fait qu’un jeune garçon nommé David, issu du peuple d’Israël lui a coupé la tête ?

En 2 Samuel 21.16 et 1 Chroniques 20.4-8 nous apprenons qu’il y avait, chez les Philistins, d’autres guerriers inhabituellement grands. Les listes ne sont pas identiques, mais en les rassemblant, nous en distinguons quatre : Saph (également appelé Sippaï), Lachmi, Jischbi-Benob, et un soldat anonyme. Leurs descriptions sont similaires à celles de Goliath : nous remarquons la « haute stature » ainsi que les dimensions de leurs armures. Contrairement à Goliath ainsi qu’à tous les autres guerriers mentionnés, on dit du géant anonyme qu’il avait six doigts sur chaque main et six orteils sur chaque pied. Cette malformation, connue sous le nom de polydactylie, n’est mentionnée que dans la description de ce géant. La Bible n’en parle pas lorsqu’il est question de leurs clans.

 

Car oui, il y a des clans de géants !

(1) Les Anakim, descendants des Nephilim mentionnés en Genèse 6.1‑4 (voir Nombres 13.33). Le peuple d’Israël les a rencontrés sous Moïse, et plus tard sous Josué (Nombres 13.22‑33 ; Josué 15.13‑14).

[NDT : le lien généalogique entre Nephilim et Anakim ne nous parait pas avéré. Le texte source n’est autre que le fameux rapport des des 10 espions, et celui-ci se fait en deux temps (Nombres 13.27-29 et Nombres 13.31-33) car il est interrompu par Caleb qui « fit taire le peuple qui murmurait » (v.30). Le deuxième rapport des espions a toutes les caractéristiques de l’exagération, ceux-ci renchérissant et voulant absolument éviter d’entrer dans ce pays. Cette remarque ne s’oppose pas au fait que les Anakim étaient un « peuple de haute taille » (cf. Deutéronome 9.2). Nous estimons que l’intégralité des Nephilim de Genèse 6, qui qu’ils soient, ont été engloutis dans le déluge universel.]

 

(2) Ailleurs, avant que les enfants d’Israël ne passent par la Transjordanie, la région qui se trouvait à l’est du Jourdain était largement peuplée de personnes de haute taille connues sous le nom d’Emim (Deutéronome 2.10‑11) et de Zamzoummim (Deutéronome 2.20).

 

(3) Les Amorites, un autre groupe qui s’est opposé à Israël afin de récupérer la terre promise, étaient décrits comme étant exceptionnellement grands (Amos 2.9-10).

 

(4) Enfin, on mentionne près de vingt fois les Rephaïm, le plus souvent en association avec la conquête de la terre promise, lorsque Moïse a rencontré le Og, le roi du Bashân, dont le lit mesurait presque quatre mètres de long (Deutéronome 2 : 11, 20‑22 ; 3 : 11‑13 ; Josué 12 : 4 ; 13 : 12).

 

Goliath était Rephaïm. Il était issu, comme les quatre autres géants cités, de Rapha, de la ville de Gath (2 Samuel 21.22 ; 1 Chroniques 20.8). Si le terme rapha est à comprendre comme un nom propre, alors les quatre guerriers étaient tous des frères de Goliath. Mais ce n’est pas ce que dit le texte. Seul l’un de ces hommes, Lachmi, était décrit de manière explicite comme le frère le Goliath. Par conséquent, la traduction de ce terme est mieux rendue par « géants » ou par « Rephaïm » comme le font quelques-unes de nos versions de la Bible.

Certains géants rephaïm ont survécu pendant la guerre entre Moïse et Josué, et leurs descendants se sont installés dans la ville philistine de Gath. Si les autres guerriers ayant accompagné Goliath n’étaient pas ses frères, ils faisaient de toute façon partie d’une lignée très inhabituelle qui n’a eu de cesse de s’opposer à Israël pour lui voler sa terre promise, et de s’opposer à son Dieu.

 

 

Michael S. Heiser est éditeur académique chez Faithlife, la compagnie produisant et diffusant le logiciel biblique Logos. Spécialiste des études sémitiques, Heiser est capable de traduire des textes issus d’une douzaine de langues anciennes. Il titulaire d’un master et d’un doctorat en Bible hébraïque et en langues sémitiques anciennes de l’Université de Wisconsin-Madison. Lisez ses contributions fréquentes sur son blog

 

 

Le Bon Combat reçoit régulièrement des contributeurs invités, que leur contribution soit originale ou non. Retrouvez tous les articles de nos invités en cliquant sur ce compte !

%d blogueurs aiment cette page :