Le Bon Combat Réflexions théologiques centrées sur Christ 2018-04-20T06:01:44Z http://leboncombat.fr/feed/atom/ WordPress Guillaume Bourin http://www.leboncombat.fr <![CDATA[G.K Chesterton sur la « méthode chevaleresque », ou comment être honnête dans une discussion théologique]]> http://leboncombat.fr/?p=10237 2018-04-20T06:01:44Z 2018-04-20T05:01:41Z Dans les notes d’un très bon article publié sur Le Bon Combat, Jean-René Moret nous gratifiait d’une citation de G.K. Chesterton qu’il avait cependant laissée dans la langue Shakespeare.

Alors que je travaillais au premier chapitre de mon livre, Je répandrai sur vous une eau pure (à paraître en mai prochain), je n’ai pas pu résister à l’envie de la traduire et de l’y insérer 🙂

Dans cette citation, Chesterton décrit trois manières fort différentes de défendre une affirmation et, par conséquent, de débattre 🙂

 

« Il y a trois manières différentes de présenter une affirmation devant les hommes, en particulier lorsqu’elle est disputée. La première méthode est de l’affirmer au moyen d’une autorité spirituelle ; c’est ce que font les divinités, les prêtres de ces divinités, les oracles, les poètes, les parents et les gardiens, et les hommes qui ont ‘un message pour leur temps’. La seconde manière est de la démontrer par la raison ; c’était la méthode des scolastiques médiévaux mais aussi des premiers hommes de science, oubliés en comparaison. Cette approche est plutôt à l’abandon. La troisième méthode est la suivante : lorsque vous n’avez ni le courage d’affirmer une chose ni la capacité de la prouver, vous y faites simplement allusion dans un style léger et aéré, comme si quelqu’un l’avait déjà affirmée et démontrée.

Par conséquent, la première méthode revient à dire : ‘les cochons volent au paradis. J’ai eu une vision du paradis, et pas vous’. La seconde méthode dit : ‘Venez donc chez moi dans l’Essex, et je vais vous montrer des cochons voler comme des pinsons et construire des nids dans les ormes’. Ces deux positions requièrent une certaine bravoure pour être soutenues, et par conséquent elles sont généralement esquivées. La troisième méthode consiste à dire : ‘Le professeur Gubbins appartient à la vieille école de la critique scientifique, et il ne peut que nous étonner en cette époque de télégraphie sans fil et de porcs volants’ ou alors ‘Sans aucun doute, nous devrions être aussi surpris par les œuvres de nos de nos descendants qu’un breton des anciens temps le serait en voyant une voiture à moteur, un cochon volant, ou n’importe quelle autre chose que l’on rencontre communément dans nos rues’.

Pour faire court, cette troisième méthode consiste à se référer à l’objet même de la discussion comme s’il était justement au-delà de toute discussion. Cette approche est connue sous le nom de ‘méthode courtoise’ ou encore ‘méthode chevaleresque’. Elle est utilisée par les vendeurs en tout genre, par les professeurs de coiffure ou d’arts progressistes, et, tout spécialement, par les journalistes comme moi. »[1]

 

Je crois que cette « méthode chevaleresque » est, malheureusement, une sorte de maladie du théologien… Je la croise tous les jours dans les livres spécialisés, dans les articles académiques, et sur les réseaux sociaux. Je crains parfois de la repérer dans mes propres publications…

Nous aimons la rigueur et la précision. Et si nous ajoutions à ces vertus l’honnêteté intellectuelle ?

 

 

 

[1] G.K. Chesterton, Illustrated London News, edition du 7 août 1909. Merci à Jean-René Moret de nous avoir indiqué cette citation.

 

 

]]>
0
Que dit la Bible ? http://www.leboncombat.fr <![CDATA[Que penser des livres apocryphes ?]]> http://leboncombat.fr/?p=10227 2018-04-19T18:00:24Z 2018-04-19T18:00:24Z En photo, une vue des fameuses grottes de Wadi Qumran.

 

La semaine dernière, nous nous posions la questions du canon protestant, de son bienfondé, de sa fiabilité, et nous concluions qu’il s’agit de la version la plus fiable du canon pour l’ensemble des chrétiens, car il ne contient aucun livre contesté.

Il nous faut maintenant aborder l’épineuse question des livres apocryphes…

 

 

Dans cet épisode, nous procédons de la manière suivante :

(1) Nous commençons par définir ce qu’est un livre apocryphe, avec en toile de fond la controverse sur l’appellation des livres dits « deuterocanoniques »
(2) Nous survolons ensuite brièvement les livres apocryphes de l’Ancien Testament
(3) Puis les livres apocryphes du Nouveau Testament

 

Nous concluons en proposant un test, qui nécessite certes une analyse au cas par cas de nombreux passages. Celui-ci consiste à regarder comment le Nouveau Testament fait allusion aux apocryphes de l’Ancien Testament. Deux exemples sont proposés : les allusions à 1 Enoch dans Jude et celle au Livre de la Sagesse en Romains 5:12.

Un tel test, bien sur, peut s’appliquer aux apocryphes de l’AT comme aux citations d’auteurs non chrétiens dans le NT (Aratus, Epiménide, Euripide, etc.).

 

Voici quelques articles liés à la question du canon :

> Approche traditionnelle (Josèphe) du canon de l’AT
> Quand le canon du NT a-t-il été fixé ?
> Un indice interne dans le NT concernant la formation du canon
> 10 infos importantes que tout chrétien devrait connaître au sujet du canon du NT
> Existe-t-il un canon de la Septante ?

 

Bonne lecture, bonne écoute !

 

>> Écoutez les derniers épisodes de “Que dit la Bible ?

 

 

 

Processed with VSCOcam with f2 preset

Abonnez-vous


LOGO-iTunes-REAL

soundcloud_460x290

12065637851779660844srd_rss_logo-svg-med

 

 

 

]]>
0
Vincent M.T. http://www.visiomundus.fr <![CDATA[La Bible fait-elle allusion à Dionysos, le dieu grec de la vigne, du vin et des excès en tous genre ?]]> http://leboncombat.fr/?p=10224 2018-04-18T06:43:37Z 2018-04-18T06:39:12Z Nous avons déjà vu (ici) que dans les écrits de Luc (Actes 26), Paul attribue à Jésus des paroles qui semblent tirées tout droit des Bacchantes, une pièce du tragédien grec Euripide. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le cas échéant, il ne s’agirait pas d’un pur plagiat, indiquant que le Christianisme trouve une partie de ses origines dans une religion grecque. Au contraire, je crois que c’est une citation assumée, et l’usage qu’en fait Paul révèle une intention polémique et apologétique claire.

Ces affirmations on soulevé plusieurs autres questions, et contestations, qui nécessitent un approfondissement, notamment sur le rapport entre théâtre grec et religion grecque dans l’Antiquité, mais aussi sur la plausibilité de l’utilisation de cette pièce de théâtre dans le livre des Actes.

 

Le théâtre grec : une activité religieuse ? 

Comparer Jésus et Dionysos, cela ne brouillerait-il pas les frontières entre les religions ?

On peut répondre deux choses à cela :

  • D’abord, Paul insiste sur la langue que parle Jésus – l’Hébreu ;
  • Ensuite, et surtout, l’apôtre s’appuie sur le Dionysos culturel (celui d’une pièce de théâtre) et non sur le Dionysos cultuel (celui de la religion). Or, bien que liés, les deux ne sont pas identiques.

 

 

Certes, parmi les classiques des grands tragédiens (Eschyle, Sophocle, Euripide, etc.), tous ceux qui nous sont parvenus étaient joués à Athènes lors des festivals d’art dramatique tenus en l’honneur de Dionysos. Le plus important, les Grandes Dionysies, se déroulaient au théâtre de Dionysos, devant la statue du dieu et sous la présidence du grand-prêtre de son culte. Qui plus est, des processions et des rituels civiques liés à Dionysos précédaient la représentation, et un taureau était sacrifié en son honneur. Comment ne pas en déduire que les pièces de théâtre grecques et la religion antique faisaient un ? Et pourtant !

L’ironie du sort veut que les pièces de théâtres jouées aux Grandes Dionysies n’étaient en fait pas de nature religieuse. En réalité, à l’exception de la pièce Les Bacchantes, Dionysos lui-même est complètement absent des tragédies, et le festival n’avait qu’un lien très superficiel avec ce dieu. A tel point qu’il existait même un proverbe à Athènes pour caractériser ce décalage : « Rien à voir avec Dionysos« . Déjà au 4e s. av JC, le célèbre philosophe Aristote était d’avis que la forme théâtrale est issue des pratiques d’improvisation, de monologues, de musiques et de danses que l’on retrouve dans le culte dionysiaque (notamment la dithyrambe et la satyre), mais ne conserve aucun lien significatif avec la mythologie associée (voir Poétique, 4).

 

 

Situé à un moment de l’année où le climat était particulièrement propice aux voyages en mer, le festival des Grandes Dionysies attirait un grand nombre d’étrangers, commerçants et alliés. Il s’agissait plutôt d’une occasion de montrer à tous le prestige culturel d’Athènes, et tout rapport avec Dionysos était de loin secondaire.

Cette distance d’avec les dieux était d’autant plus vraie pour l’auteur des Bacchantes, Euripide, que d’aucuns soupçonnent d’avoir été un athée militant et subversif. En effet, même si Dionysos (et d’autres dieux) font des apparitions et interviennent dans les affaires humaines, ils n’ont aucun égard pour le bien-être humain, et démontrent par ailleurs toutes les qualités et les vices des êtres humains. En cela, il s’agit plus d’une personnification des forces dont tout un chacun doit tenir compte dans sa vie, sous peine de subir de grands dommages, mais ils n’incitent aucunement à la croyance ni au culte.

Dans un tel contexte, difficile de considérer qu’une référence à Dionysos était inévitablement comprise dans un cadre religieux, au contraire. Le Dionysos culturel dépassait ici le Dionysos religieux, et c’est donc sans confusion que Paul présente sa comparaison

 

 

Et s’il existait d’autres références aux Bacchantes, dans le Nouveau Testament ? Découvrez la réponse en lisant la suite de l’article !

 

LISEZ LA SUITE SUR VISIO MUNDUS

 

 

 

 

]]>
0
Coram Deo http://www.leboncombat.fr <![CDATA[Mais que faire de nos jeunes ?]]> http://leboncombat.fr/?p=10215 2018-04-17T06:45:50Z 2018-04-17T05:01:45Z

On ne parle pas assez des jeunes sur Le Bon Combat, encore moins dans Coram Deo. Alors que Pascal et Guillaume se font vieux, qui de mieux que Benjamin Eggen, le coordinateur de La Reb’, peut nous entretenir de ce sujet si crucial pour l’Église ?

 

 

Chaque génération a son lot de spécificités. Et chaque génération de chrétiens a connu certaines ruptures avec celle qui la précédait et celle qui la suivait. Musique, codes vestimentaires, modes d’expression… Avez-vous l’impression d’être déconnecté des jeunes de votre église ?

Voilà les questions que nous abordons dans cette émission :

(1) Quel est le problème des jeunes du 21ème siècle ? Y a-t-il quelque chose de nouveau, au sujet de jeunes du 21ème siècle

(2) Est-il approprié de distinguer les jeunes dans l’Église au point d’organiser des réunions spécifiquement pour eux?

(3) Quels sont les enjeux propres à la jeune génération de chrétiens?

(4) Comment favoriser les relations intergénérationnelles dans le corps de Christ?

 

Toutes les générations ont besoin de l’évangile, et la génération z, celle qui comprend ceux qui sont nés après 2000, ne fait pas exception. Nous vous proposons de (re)lire cet article que Benjamin mentionne dans cet épisode, Ne nous donnez pas des pizzas, donnez-nous l’évangile.

Et vous, lecteurs/auditeurs, quelle est votre stratégie pour atteindre vos jeunes avec le message de l’évangile ? Voyez-vous des fruits ? Faites-nous part de vos réflexions.

 

 

Benjamin Eggen est le coordinateur de La Reb’, le blog jeunesse d’Evangile 21. Passionné par la Grande Mission et par l’annonce de l’évangile aux peuples non-atteints, il étudie actuellement à l’Institut Biblique Belge.

 

 

 

 

>> Musique : Chants de l’Emmanuel, Jeunes et vieux
>> Prochain sujet : Comment être toujours joyeux ? (Invité : Benjamin Eggen)
>> Retrouvez la liste de tous les épisodes ici

 

 

 

 –

SUIVEZ CORAM DEO

Sur Itunes

LOGO-iTunes-REAL

Sur Souncloud 

Sur Google

google-dk-flat

Sur Stitcher

stitcher-radio-logo-2 

Ou bien copiez ce flux RSS dans votre application podcast préférée

]]> 0 Le Bon Combat http://leboncombat.fr/ <![CDATA[Qui sont les mormons ?]]> http://leboncombat.fr/?p=10205 2018-04-16T06:32:37Z 2018-04-16T05:01:43Z

En 1995, Gérard Dagon, le fondateur de la Fédération Évangélique de France (devenue depuis le Réseau FEF), publiait le premier tome de son ouvrage, Les sectes à visages découverts. Les données datent un peu, mais elles sont toujours utiles. Nous avons pris la décision d’en publier quelques extraits à partir de cette semaine, que nous commenterons ou augmenterons en fonction des nécessités.

Dans le dernier article de cette série, nous nous demandions qui sont les témoins de Jéhovah. Tournons-nous aujourd’hui vers l’Eglise des saints des derniers jours, plus connus sous le nom de Mormons.

 

Origine

Plus connus sous le nom d’Église des Mormons, ils se disent être les saints des derniers jours, les chrétiens de l’âge apostolique étant les saints des premiers jours. Joseph SMITH né le 23 décembre 1805 à Sharon, aux États-Unis, troisième d’une famille de fermiers presbytériens de neuf enfants, est à l’origine de ce mouvement.

Dès l’âge de quinze ans, Joseph SMITH, passionné par les questions spirituelles, troublé par les différentes dénominations religieuses, il découvre dans sa méditation l’épître de Jacques chapitre premier, verset cinq et s’empresse de demander la sagesse à Dieu. Début 1820, se retirant dans une forêt pour prier, il voit une colonne de lumière et deux personnages bien distincts, Dieu et Jésus-Christ, le premier déclarant au sujet du second: “Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoute-le!”, Dieu ajoutant que toutes les églises de cette époque sont dans l’erreur.

C’est trois années plus tard, le 21 septembre 1823, inondé de lumière dans sa chambre, que l’ange Moroni lui demande de chercher un livre caché écrit sur des plaques d’or, de même que deux pierres “l’urim” et thummim” utiles pour la traduction de ces plaques ainsi que le pectoral. Après quatre années de recherche et grâce à un messager céleste, Joseph SMITH découvre une boite contenant les objets annoncés, le 22 septembre 1827 sur la colline de Cumorah, près de Manchester dans l’état de New-York. Ces plaques, recouvertes de caractères d’une langue inconnue, l’égyptien réformé, grâce à l’aide de Martin HARRIS et Olivier COWDERY seront traduites en anglais, avant qu’un autre messager céleste ne vienne les reprendre. Publiée en 1830, cette traduction constitue le célèbre Livre des Mormons.

Joseph SMITH épousera sa première femme, Emma HALE, le 18 janvier 1827, ce mariage étant suivi de 22 autres. Le 15 mai 1829, le futur fondateur de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, se verra conférer la prêtrise d’Aaron par Jean-Baptiste ainsi qu’à ses amis, se faisant baptisés l’un par l’autre après l’imposition des mains du messager céleste et quelque temps plus tard, Joseph SMITH, se verra de nouveau conférer cette fois-ci, par Pierre, Jacques et Jean, la prêtrise de Melchisédek. Ainsi, le 6 avril 1830 chez Peter Whitmer à Fayette était officiellement créée avec six membres, l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours.

Le premier temple mormon sera inauguré à Kirtland, dans l’Ohio, en 1836 après de nombreuses persécutions les membres étant obligés de fuir plusieurs fois. Joseph SMITH emprisonné à Carthage dans l’Illinois, sera abattu à coups de fusils par la population le 27 juin 1844, à 39 ans. Fuyant constamment, les mormons construiront le second temple à Nauvoo qui deviendra le siège de l’Église en 1846. Suite à la mort de Joseph SMITH, des dissensions et des troubles éclateront dans le mouvement et Brigham YOUNG rassemblera le gros des disciples pour les conduire cette fois-ci jusqu’à Salt Lake City le 21 juillet 1847. Depuis cette ville est le centre mondial de leur Église où un temple y sera construit en 1853.

La polygamie sera proclamée officiellement le 29 août 1852. L’état de l’Utah leur sera cédé de 1859 à 1869. Ce n’est que depuis le 25 septembre 1890, que la polygamie est abolie grâce au président de l’Église de l’époque Wilford WOODRUFF.

Doctrine

Cette Église base sa foi sur la Bible, le Livre de Mormon , Doctrines et AlliancesLa Perle de grand prix, sa Confession de foi (en treize articles rédigés par Joseph SMITH) et les révélations successives. Le Livre des mormons complète la Bible, c’est un autre témoignage du Christ, la plénitude de l’Evangile. En 1830, le Tout-Puissant a rétabli son Église sur la terre, suscitant des prophètes modernes et des apôtres, possédant seul la prêtrise d’Aaron et de Melchisédek et un clergé laïque, ses membres étant appelés “saints”.

Pour les Mormons, Dieu a la forme d’un homme avec un corps de chair et d’os, aimant et doux, son Fils lui ressemblant tout en étant une personne distincte. Les mormons croient à la préexistence de l’homme, à sa progression éternelle, qu’il y aura un salut général avec cependant des grades différents dont le plus élevé est “l’exaltation”.

Leurs premiers principes et ordonnances sont la foi au Seigneur Jésus-Christ, la repentance, le baptême pour la rémission des péchés et l’imposition des mains d’un prêtre mormon pour le don du Saint-Esprit.

La révélation est permanente et continue, la Bible n’étant pas complète. Dieu a donné d’autres écritures, textes des révélations des temps récents donnés par des prophètes des temps modernes et le Livre des mormons est aussi la Parole de Dieu!

Jésus aurait fait un séjour en Amérique pour y prêcher l’Evangile, dans l’évangile de Jean au seizième verset du chapitre dix, le Seigneur selon eux parle des autres brebis, qui sont les Américains. On comprend mieux que toute doctrine mormone puisse être modifiée, supprimée voire complétée par une nouvelle révélation, en prenant comme exemple que les Noirs n’étaient pas admis à la prêtrise, cet interdit fut levé par une révélation du 9 juin 1978.

Et la nouvelle Jérusalem n’est autre bien sûr que Salt Lake City.

Organisation

[Nota : ces données, antérieures à 1995, ont pu considérablement évoluer. Si l’un de nos lecteurs possède des informations et/ou des statistiques à jour, nous sommes preneurs]

 

Le président actuel de l’Église, Howard W. Hunter à la fois prophète voyant et révélateur, assisté de deux conseillers ainsi que de deux collèges l’un des douze et l’autre des soixante dix, siège au 47, East South Temple à Salt Lake City.

Les paroisses locales sont des branches de l’Église. Seule l’Église possède la véritable prêtrise sur terre qui peut être conférée à tout homme dès l’âge de douze ans. Bien que l’ensemble de l’Église soit divisée en Missions, comme les mormons de France qui font partie de trois missions, la Mission française, franco-belge et franco-suisse, elles doivent toutes obéissance à la première présidence.

De part le monde actuellement cette Église totalise quelques 8 406 895 membres repartis dans 20 081 paroisses et ce dans 146 pays. L’Europe en compte plus de 100 000 dont la moitié en Allemagne. Près de 30 temples accomplissent les rites spécifiques et 46 025 missionnaires annoncent chaque jour le message mormon.

Pour la France, le premier culte mormon ouvrit ses portes 7 rue du Tournon à Paris en octobre 1849 à l’instar de 3 missionnaires John TAYLOR, Curtis BOLTON et John PACK, en 1851 le Livre de Mormon est traduit en français et en 1859 Louis BERTRAND constituera officiellement l’Église. La France compte quelque 25 000 mormons répartis dans une centaine de paroisses.

Le siège de la Mission française se situe 66 rue de Romainville dans le 19ème arrondissement de Paris. Chaque grande ville de France a un centre de généalogie.

Propagande

Leurs missionnaires vêtus avec élégance parcourent les rues en proposant le Livre de Mormon. Des conférences sont organisées, des cours d’anglais gratuit, récitals de musique ainsi que des voyages aux États-Unis. Le message mormon est diffusé également par diverses brochures et par le mensuel L’Etoile. Accès gratuit aux bibliothèques généalogiques qui attirent beaucoup de personnes et de chercheurs.

 

Activités

L’Église organise également des activités spirituelles et récréatives, soirées théâtrales, bals et possède également une Société d’Amélioration Mutuelle et la Société Généalogique. C’est en 1894 que la Société généalogique de l’Utah a été fondée dans le but de rechercher les ancêtres défunts pour leur administrer le baptême mormon et dans les Montagnes Rocheuses, prés de Salt Lake City sont stockés les microfilm de plus de 14 milliards de fiches de tous pays.

En ce qui concerne la France, d’après le Journal Officiel du 20 novembre 1987, un accord a été passé entre cette société et la Direction des Archives de France. A l’heure actuelle Salt Lake City possède une bibliothèque contenant déjà 180 000 livres, 1 500 000 microfilms et 4000 rouleaux de microfilms gérés par quelque 500 salariés et 400 livres s’y ajoutent chaque mois.

Culte et pratiques

Des rencontres publiques sont organisées et des rites secrets pratiqués dans les temples sont réservés exclusivement aux membres. Sont publics, le culte, l’école du dimanche, les études de généalogie et la sainte cène qui se font dans des salles ou des chapelles.

Ils pratiquent le baptême par immersion, la sainte cène est symbolique avec du pain et de l’eau et ils attachent une grande importance à l’imposition des mains pour le don du Saint-Esprit. Sont secrets, les rites du “baptême pour les morts” ainsi que “le mariage pour l’éternité”.

Principales erreurs

  • Placer le Livre de Mormon sur le même plan que la Bible, et même au dessus, est en totale contradiction avec Apocalypse 22.18.
  • Affirmer que Jésus-Christ a fait un séjour en Amérique et qu’il y reviendrait n’a aucun fondement biblique.
  • Si le salut dépend de l’appartenance à l’Église rétablie de Joseph SMITH que deviennent les chrétiens du temps de la Réforme ou du piétisme qui ont vécus avant 1830?
  • La révélation continue ouvre la porte à n’importe quelle hérésie et à ce titre on comprend mieux l’affirmation de Jude verset 3!
  • La théologie blasphématoire qui veut que Dieu devienne homme pour que l’homme devienne dieu qui n’a rien à voir avec Jean 1.14.
  • Les apparitions vécues par Joseph SMITH et d’autres ne sont-elles pas des phénomènes spirites orchestrés par le singe de Dieu 2 Corinthiens 11.14?
  • La pratique du baptême pour les morts est empruntée à certaines sectes des premiers siècles comme les marcionites, cérinthiens et autres montanistes et ne figurait pas dans les premières révélations de leur Église, ni dans leur Confession de foi, pas plus que dans le Livre de Mormon et dans la Perle de grand prix. C’est à partir d’une lettre du 19 octobre 1840 que cette pratique du baptême pour les morts tirée de 1 Corinthiens 15.29 voit le jour près de Nauvoo dans le Mississipi. Des révélations de 1841 et 1842 ainsi que les articles 124, 127 et 128 de Doctrines et Alliances justifient cette pratique du baptême pour sauver les ancêtres non mormons!

Dissidences

Il est impossible de les mentionner toutes, en voici donc quelques unes:

En 1852, l’Église de Jésus-Christ réorganisée des Saints des derniers jours née en 1850 exige que le président soit un descendant de Joseph SMITH

  • L’Église mormone primitive fondée en 1846 par Samuel BRANNAN, en Californie
  • L’Ordre mormon uni de Joseph MORRIS, en 1857
  • La Légion mormone de Nauvoo de William LAW
  • L’Église du Christ , Temple de Lot, en 1830
  • L’Église du Christ des SDJ, née à cause de James STRANGS 1793-1856 qui voulut être le successeur de Joseph SMITH
  • L’Église de Sion qui désire plus de relations avec les non-mormons et qui s’ouvre au spiritisme et à la politique
  • L’Église des premiers-nés, fondée en 1876 par Georges WILLIAM
  • L’Église des premiers-nés de l’Agneau de Dieu de Joël ROSS
  • L’Assemblée Davidique Fraternelle organisée autour de Charles KINGSTON en 1970
  • Une autre Église du Christ que John BRIAN structure en 1977.

 

 

Tiré de Les sectes à visages découvert, G. Dagon, Editions Barnabas

 

 

]]>
0
En Lumière http://www.leboncombat.fr <![CDATA[En lumière #19 – Semaine 15/2018]]> http://leboncombat.fr/?p=10173 2018-04-14T08:49:38Z 2018-04-14T05:01:39Z Chaque semaine, En lumière vous propose une sélection d’articles en français et en anglais qui ont marqué les contributeurs du Bon Combat.

 

En lumière cette semaine sur le web francophone…

  • #Transmettre Pneumatologie : Inscriptions ouvertes ! Inscrivez-vous sans tarder à l’une des sessions de formation les plus épiques depuis que nous avons lancé #Transmettre 😉 Gaétan Brassard, pasteur à Laval (Québec) est un continuationiste convaincu ; Guillaume Bourin, vous le savez, est un grand cessationiste devant l’Eternel 🙂 Bref, ça promet. Inscrivez-vous ici ou en cliquant sur le flyer ci-dessous.

 

 

  • Macron veut « réparer le lien » entre l’Eglise catholique et l’Etat. Démarche sincère, ou leurre bien camouflé ? A vous d’en juger… (Le Monde)

  • A la recherche de la joie, six vérités bibliques. Bon article de John Piper (Revenir à l’évangile)
  • Podcasts :  Cette semaine, dans Coram Deo, Pascal et Guillaume se livrent à une petite discussion informelle fort intéressante avec Pierre-Sovann Chauny. Au menu : baptême, ecclesiologie, politique, et quelques réflexions personnelles? Retrouvez cette discussion ici. Que dit la Bible se demande si le canon protestant est si sur que cela… Notez également que le podcast de Dominique Angers, Parle moi maintenant, reprend sur l’évangile de Marc (voir ici)

  • Cette semaine, voici un sermon de Brother Rachid, ce courageux chrétien marocain converti de l’Islam et mondialement connu pour son émission sur Al Hayat. Traduction de John Glass à l’EEIG.

Quelques pépites en anglais…

 

  • Reformed and Catholic ? Peut-on être à la fois réformé et catholique ? Nos amis de MOS répondent ! (Mortification of Spin)
  • Unorthodox Christology. A notre grand regret, William Lane Craig articule une christologie de plus en plus bancale… Plus d’infos dans cet article (Alliance of Confessing Evangelicals)
  • Review of ‘Fragments of Truth’ Peter Gurry se lance dans une évaluation de Fragments of Truth, un film réalisé par Faithlife (Logos) dans lequel Craig Evans (Houston B. University) se lance dans un tour du monde des manuscrits originaux du NT. (Evangelical Textual Criticism)
  • Festschrift for Geoffrey Khan freely available. Téléchargez cet ouvrage gratuit, mais technique, si vous maîtrisez l’anglais théologique. (Evangelical Textual Criticism)

 

]]>
0
Guillaume Bourin http://www.leboncombat.fr <![CDATA[Le « canon protestant » est-il sûr ?]]> http://leboncombat.fr/?p=10193 2018-04-13T06:59:26Z 2018-04-13T05:01:41Z Comment considérer le canon protestant ? Est-il juste, a regard des autres listes canoniques qui existent ? Pourquoi ne contient-il que 66 livres là où les différents listes catholiques et orthodoxes en comptent toujours plus de 70 ?

 

 

Pour répondre à ces questions, Guillaume commence par définir ce que l’on entend généralement par canon biblique et les différences qui existent dans les compréhensions des différentes traditions ecclésiastiques.  Il survole ensuite succinctement les données en notre possession quant à la formation du canon de l’AT et de celui du NT.

Voici les articles mentionnés dans cet épisode 103 :

> Approche traditionnelle (Josèphe) du canon de l’AT
> Quand le canon du NT a-t-il été fixé ?
> Un indice interne dans le NT concernant la formation du canon
> 10 infos importantes que tout chrétien devrait connaître au sujet du canon du NT
> Existe-t-il un canon de la Septante ?

 

Bonne lecture, bonne écoute !

 

>> Écoutez les derniers épisodes de “Que dit la Bible ?

 

 

Processed with VSCOcam with f2 preset

Abonnez-vous


LOGO-iTunes-REAL

soundcloud_460x290

12065637851779660844srd_rss_logo-svg-med

 

 

 

]]>
0
Guillaume Bourin http://www.leboncombat.fr <![CDATA[La réforme du roi Josias]]> http://leboncombat.fr/?p=10188 2018-04-11T22:17:51Z 2018-04-12T05:01:44Z
  • Les réformes du Roi Josias, sermon prêché le 15 janvier 2017 à l’Église Réformée Baptiste de Saint-Jérôme (Québec)
  • Texte : 2 Chroniques 34.
  •  

     

    Cette section narrative imposante constitue le modèle par excellence de ce que devrait être un réveil, une réforme spirituelle. Imaginez un instant Martin Luther ou Jean Calvin lisant ce texte ; il paraît impossible qu’ils ne se soient pas identifiés, au moins partiellement, à ce jeune roi Josias désireux de purifier ce pays et d’orienter le coeur de son peuple en direction de l’Eternel.

    De fait, ce récit fascinait les premiers prédicateurs réformés (cf. Richard Sibbes, Josiah’s Reformation)

    Les spécialistes critiques de l’Ancien Testament ont fait de ce passage le point de départ de la reconstruction de l’histoire antique d’Israel. On spécule généralement sur la portée éminemment politique de la réforme de Josias, et cette section es considérée comme une « reconstruction » à rebours d’une sorte de légende historique, sorte de prologue mythique à Israel. Mais la réforme de Josias est spirituelle avant tout. Rien dans le texte n’indique un quelconque agenda géopolitique.

    Comme à notre habitude, donc, nous abordons ce texte tel qu’il se présente, en nous concentrant sur sa forme canonique.

    Regardons ensemble ce que ce passage peut apprendre aux lecteurs modernes, notamment par les allusions multiples que ce texte contient à de la littérature antérieure, notamment issue du Pentateuque…

     

     

    ]]>
    0
    Guillaume Bourin http://www.leboncombat.fr <![CDATA[Priez par l’Esprit, car il n’y a pas d’autre méthode qui marche…]]> http://leboncombat.fr/?p=10182 2018-04-11T11:12:15Z 2018-04-11T05:01:26Z Si, comme moi, vous luttez dans votre vie de prière, prêtez donc attention à ces paroles de John Bunyan.

    « Je prierai par l’Esprit. » Prier par l’Esprit, afin que la prière soit acceptée de Dieu, signifie, pour celui qui prie, venir à Dieu par Christ, sincèrement, consciemment et avec amour. Cette approche sincère, consciente et pleine d’amour doit être l’oeuvre de l’Esprit de Dieu.

    Il n’est homme ni d’église au monde qui puissent s’approcher de Dieu par la prière sans l’aide du Saint-Esprit. « Par Christ nous avons, les uns et les autres, accès auprès du Père, dans un même esprit » (Ep 2.18). C’est pourquoi Paul dit : « Car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; et celui qui sonde les coeurs sait quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon la volonté de Dieu qu’il intercède en faveur des saints » (Rm 8.26-27). Il y a dans les Ecritures une entière découverte de l’Esprit de prière, et de l’impuissance de l’homme à prier sans lui; je vais en dire quelques mots.

    « Car nous…« , voyez donc la personne qui parle : Paul lui-même et, en sa personne, tous les apôtres. Nous, les apôtres, ministres extraordinaires, architectes sages, dont quelques-uns ont été enlevés dans le paradis (Rm 15.16; 1 Co 3.10; 2 Co 12.4), « …nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières« . […]

    Sans l’aide de l’Esprit, non seulement ils ne savent pas ce qu’il convient de demander dans la prière, mais encore ils ne savent pas comment le demander. « Nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières« , mais l’Esprit vient en aide à nos infirmités, avec des soupirs inexprimables. Notons ici qu’ils n’avaient pas la prétention de pouvoir réussir ni aussi bien, ni aussi pleinement dans l’exercice de la prière que les hommes de nos jours pensent le faire.

    Les apôtres, dans leurs meilleures dispositions et même assistés de l’Esprit-Saint, étaient cependant heureux de se tirer d’affaire avec des soupirs et des gémissements inexprimables. Ils étaient incapables de traduire leur pensée autrement.

     

    Comme nous avons besoin de l’Esprit, encore plus dans de tels moments où nos prières restent bloquées au fond de notre gorge. Saint-Esprit, intercède pour nous !

     

    • Extrait de La prière, dans l’édition de 1991 de Grâce et Vérité, p. 23-24.

     

    ]]>
    0
    Coram Deo http://www.leboncombat.fr <![CDATA[Baptême, ecclésiologie, et politique : discussion informelle avec Pierre-Sovann Chauny]]> http://leboncombat.fr/?p=10150 2018-04-09T21:35:25Z 2018-04-10T05:01:46Z

    Ces deux dernières semaines, Coram Deo recevait Pierre-Sovann Chauny, professeur de théologie systématique à la Faculté Jean Calvin. Entre deux émissions Pascal, Guillaume, et leur invité se sont livrés à une petite discussion informelle. La voici 🙂

     

     

    Vous le savez sans doute, Pierre-Sovann est de persuasion pédobaptiste, tandis que Pascal, Guillaume, et la majeure partie des contributeurs du Bon Combat sont crédobaptistes. Contrairement à une idée reçue, les divergences entre baptistes et pédobaptistes sont avant tout ecclésiologiques.

    SÉRIE >> Le baptême en questions

     

    Cette discussion n’est pas un débat, c’est d’ailleurs sans doute ce qui la rend si intéressante. En bien des points, réformés évangéliques et réformés baptistes ont des occasions de se rapprocher. Voici quelques-uns des sujets discutés dans cet épisode :

    (1) Les arguments de Meredith Kline en faveur de l’inclusion des enfants dans l’alliance de grâce

    (2) La nature de « l’engagement d’une bonne conscience » en 1 Pierre 3:20-21

    (3) La distinction entre église visible et église invisible

    (4) La place des enfants dans l’église visible

     

    Ces échanges, parfois un peu plus techniques qu’à l’accoutumée, donnent l’occasion d’aborder diverses situations historiques et politiques (par ex. l’émergence des congrégationalistes en Angleterre au 17ème siècle, ou la relation du système républicain à l’Eglise dans son ensemble). Et un petit clin d’oeil à Maxime Georgel dans le bêtisier de ce podcast 😉

    Alors, quelles sont vos réactions sur cette discussion ?

     

     

     

    Pierre-Sovann Chauny est professeur de théologie systématique à la Faculté Jean Calvin (Aix en Provence). Il est diplômé d’HEC (2007), de la Faculté Libre de Théologie de Vaux-Sur Seine (Master en Théologie), et il est actuellement doctorant en théologie systématique à la Vreije Universiteit Amsterdam, en troisième année de thèse. Pierre-Sovann est l’auteur de Jésus, mort sur une croix : pourquoi ?

     

     

     

    >> Musique : Nina Simone, Take Me to the Water
    >> Prochain sujet : Comment considérer la jeunesse dans nos églises ? (Invité : Benjamin Eggen)
    >> Retrouvez la liste de tous les épisodes ici

     

     

     

     –

    SUIVEZ CORAM DEO

    Sur Itunes

    LOGO-iTunes-REAL

    Sur Souncloud 

    Sur Google

    google-dk-flat

    Sur Stitcher

    stitcher-radio-logo-2 

    Ou bien copiez ce flux RSS dans votre application podcast préférée

    ]]> 0