D’où vient la foi ? De l’homme ou de Dieu ?

La question revient régulièrement, et presque toujours dans le même contexte de discussion sur la prédestination. Alors, comment trancher ?

La foi est bel et bien un don de Dieu, et Benjamin B. Warfield, le célèbre “Lion de Princeton”, le démontre magistralement :

[La foi] vient, non pas des forces ou vertus propres, mais seulement à ceux que Dieu a choisis pour qu’ils la reçoivent (2 Thess. 2:13). C’est donc un don qu’il fait (Eph. 6:23, cf. 2:8-9 ; Phil. 1:29), par le Christ (Ac. 3:16 ; Phil. 1:29 ; 1 Pi. 1:21 ; cf. Héb. 12:2), par l’Esprit (2 Cor. 4:13 ; Gal. 5:5), au moyen de la parole prêchée (Rom. 10:17 ; Gal. 3:2,5).

On l’obtient ainsi de Dieu (2 Pi. 1:11 ; Jude 3 ; 1 Pie. 1:21), et on doit rendre grâce à Dieu pour elle (Col. 1:4 ; 2 Thess. 1:3). Même ici, toute vanterie est exclue, et l’on conçoit le salut en tous ses éléments comme le pur produit de la grâce sans mélange, source, et non pas résultat, des bonnes oeuvres (Eph. 2:8-12).

Bien entendu, la foi est ce que Dieu requiert de la part du pécheur.
Mais Jean 6:29 rappelle que, si la foi est bien une “oeuvre” que Dieu demande, elle est avant tout l’oeuvre de Dieu, celle qu’il accomplit dans le croyant (cf. également v. 44 et 65).

 

 

GB

Citation extraite de la contribution de Warfield à l’ouvrage édité par Samuel Craig, Biblical and Theological Studies. Cité par Henri Blocher, La doctrine du péché et de la rédemption, (Vaux-sur-Seine: Edifac, 2001), p. 275.

 

 

 

Guillaume Bourin est pasteur, auteur, et fondateur du blog Le Bon Combat dont il est l'un des administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse). Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale.