La doctrine de la sanctification – Théologie systématique #13

Après quelques semaines d’arrêt, nous poursuivons notre étude de la doctrine chrétienne à partir de la Confession de foi de 1689 pour introduire maintenant la doctrine de la sanctification…

La sanctification est le processus par lequel le croyant né de nouveau est transformé pour devenir saint. L’objectif de Dieu, une fois qu’il sauve un pécheur, est de le rendre semblable à son Fils Jésus en opérant des transformations en lui. Avoir une juste conception de la doctrine de la sanctification est essentiel à la santé spirituelle et permet d’éviter à la fois de sombrer dans le découragement ou la licence. L’idée n’est pas d’avoir un équilibre entre le légalisme et l’antinomisme, mais une juste compréhension de la nature de la sanctification. Que se passe-t-il lorsque Dieu lui-même sanctifie un pécheur (1 Th 5.23)?

 

>> Liste de tous les articles disponibles pour cette série <<

 

La sanctification, avant d’être une transformation de notre état de péché, est une conscientisation toujours plus grande de cet état. Autrement dit, pour devenir saint il faut prendre conscience à quel point nous sommes pécheurs et combien nous avons besoin de la grâce du Seigneur pour nous changer.

La distinction nette entre la sanctification et la justification est un heureux héritage de la Réforme protestante. En effet, les théologiens médiévaux ne distinguaient pas clairement entre ces deux doctrines, de telle sorte qu’il pouvait en résulter une grande confusion sotériologique. Cette confusion troubla profondément Martin Luther qui croyait devenir juste au terme d’une parfaite sanctification.

Il est de la plus haute importance de réaliser que la justification ne résulte pas de la sanctification, mais c’est exactement l’inverse : la sanctification découle de la justification. Nous retrouvons cette séquence sotériologique dans l’ordre des chapitres 11 à 13 de notre confession de foi : la justification, l’adoption et la sanctification.

Dieu commence par régler le statut juridique du pécheur, ce qui lui permet alors de l’adopter comme son enfant (Jn 1.12) pour ensuite le rendre participant à sa propre sainteté.

 

>> Procurez-vous la confession complète en format PDF <<

 

Le chapitre sur la sanctification peut paraître bien court (seulement trois paragraphes) pour un si vaste sujet. Il faut cependant noter que le chapitre 13 pose simplement les bases de cette doctrine qui continue à être développée dans les chapitres suivants. Nous devons donc lire les doctrines subséquentes sous le thème de la sanctification, un peu de la manière suivante :

Chapitre 13. LA SANCTIFICATION

  • Chapitre 14. La sanctification et la foi
  • Chapitre 15. La sanctification et la repentance
  • Chapitre 16. La sanctification et les bonnes œuvres
  • Chapitre 17. La sanctification et la persévérance des saints
  • Chapitre 18. La sanctification et l’assurance du salut
  • Chapitre 19. La sanctification et la loi de Dieu

 

Les trois paragraphes du présent chapitre distinguent entre le rôle de Dieu et celui de l’homme dans la sanctification. Nous retrouvons cette distinction au paragraphe 1 en particulier où nous verrons la différence entre la sanctification définitive et la sanctification progressive. Ensuite, au paragraphe 2, nous réfléchirons au degré de la sanctification en abordant la question du péché rémanent.

Puis finalement le paragraphe 3 nous présente les progrès du croyant dans la grâce. Voici les trois questions auxquelles nous répondrons :

1. Quelle est la part de Dieu et celle de l’homme dans la sanctification?

2. N’est-ce pas normal de continuer à pécher comme chrétien?

3. Comment distinguer la vraie sanctification des simples efforts charnels de l’homme?

 


CHAPITRE 13 – LA SANCTIFICATION

Par. 1 – Ceux qui sont unis au Christ, qui sont efficacement appelés et régénérés, ayant un cœur nouveau et un esprit nouveau, créés en eux en vertu de la mort et de la résurrection du Christ, sont, en plus, réellement et personnellement sanctifiés1, en vertu de la même puissance, par sa Parole et son Esprit qui habitent en eux2. Le règne du péché est détruit3, et leurs nombreuses passions sont progressivement affaiblies et mortifiées4, alors qu’eux‑mêmes sont de plus en plus vivifiés et affermis dans toutes grâces salutaires5, en vue de la pratique de la vraie sainteté, sans laquelle personne ne verra le Seigneur6.

1. Ac 20.32 ; Rm 6.5-6 2. Jn 17.17 ; Ep 3.16-19 ; 1 Th 5.21-23 3. Rm 6.14
4. Ga 5.24    5. Col 1.11    6. 2 Co 7.1 ; Hé 12.14

 

Par. 2 – Cette sanctification est opérante dans l’homme tout entier7, bien qu’elle demeure imparfaite durant cette vie.  Dans tous les aspects de cette vie demeurent des restes de corruption8, qui donnent lieu à une guerre continuelle et implacable : la chair, en ses passions, s’oppose à l’Esprit, et l’Esprit à la chair9.

7. 1 Th 5.23 8. Rm 7.18, 23 9. Ga 5.17 ; 1 Pi 2.11

 

Par. 3 – Dans cette guerre, bien que la corruption rémanente puisse pour un temps prévaloir10, néanmoins, en raison des ressources permanentes qui lui proviennent de l’Esprit sanctifiant du Christ, l’être régénéré l’emporte11. Ainsi les saints croissent en grâce et perfectionnent leur sainteté, dans la crainte de Dieu.  Ils désirent ardemment vivre une vie céleste, dans l’obéissance évangélique à tous les commandements que le Christ, le Chef et Roi de l’Église, leur a prescrits dans sa Parole12.

10. Rm 7.23 11. Rm 6.14 12. Ep 4.15-16 ; 2 Co 3.18, 7.1

 

 

 

Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia), Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme), et The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).