La doctrine de la création – Théologie Systématique #4

Un des éléments fondamentaux de la conception chrétienne du monde est la doctrine de la création. L’éthique chrétienne repose directement sur le fait que l’homme est une créature à l’image de Dieu qui doit vivre selon les ordonnances du Créateur.

L’écrivain russe du 19e siècle, Fiodor Dostoïevski déclara : « Si Dieu n’existe pas, tout est permis. » Cependant, ce n’est pas uniquement l’existence de Dieu qui régit la moralité de l’homme, mais l’existence de Dieu en tant que Créateur et de l’homme en tant que créature. Il est nécessaire de définir le rapport qui existe entre l’Être divin et les hommes, car il est futile de croire à l’existence d’un Dieu qui n’a aucune incidence sur l’existence de l’homme.

La doctrine de la création s’intéresse directement à ce rapport.

>>Procurez-vous la confession complète en format PDF<<

Aucune doctrine biblique n’est plus attaquée par l’homme déchu que celle de la création, et il y a une bonne raison pour cela. Croire que Dieu existe ou croire que Jésus est le Sauveur du monde n’est pas très dérangeant pour le non-croyant. Affirmer que non seulement Dieu existe, mais encore que l’homme lui doit une entière soumission ; affirmer que non seulement le monde et son but ont déjà été interprétés par Dieu, mais encore que l’homme doit embrasser la pensée de son Créateur ; voilà une « tyrannie » à laquelle aucun pécheur ne peut se soumettre de lui-même.

C’est pourquoi les hommes « retiennent injustement la vérité captive » (Rm 1.18).

L’être humain non régénéré s’attaque directement à la doctrine de la création et se façonne un dieu qu’il peut accepter, un dieu qui lui permette de vivre selon ses désirs, un dieu à son image (Rm 1.19-25). L’homme moderne n’échappe pas à cette idolâtrie, loin de là! Ses dieux se sont modernisés, mais ils sont de la même étoffe que les anciennes idoles : ils sont faits de la chose créée à qui est donnée la gloire à la place du Créateur incréé.

La science moderne, par la doctrine de l’évolution, a donné à l’homme toute l’assurance qu’il avait besoin pour nier définitivement la doctrine biblique de la création. Beaucoup de théologiens chrétiens se sont tout simplement retirés du débat en acceptant le mensonge qu’il s’agit strictement d’une question scientifique et objective pour laquelle ils ne sont nullement qualifiés.

Cependant, la science de la nature ne possède aucune catégorie pour expliquer et analyser une création ex nihilo, in nihilo telle que l’Écriture l’enseigne. Seule la théologie fournit un fondement épistémologique pour comprendre le monde visible (Hé 11.3). Voici donc trois questions auxquelles nous répondrons :

1. Pourquoi Dieu a-t-il créé le monde?

2. Comment et en combien de jours Dieu a-t-il créé le monde?

3. Qu’est-ce que cela change que les hommes soient créés?

 


CHAPITRE 4 – LA CRÉATION

Par. 1 – Au commencement, il a plu à Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit1, pour la manifestation de sa gloire et de son éternelle puissance2, de sa sagesse et de sa bonté, de créer ou de faire, en six jours, le monde et tout ce qui s’y trouve, choses visibles et invisibles ; et tout était très bon3.

1. Jn 1.2-3 ; Hé 1.2 ; Jb 26.13    2. Rm 1.20    3. Col 1.16 ; Gn 1.31

 

Par. 2 – Après avoir fait toutes les autres créatures, Dieu créa l’homme ; il les créa mâle et femelle4, avec des âmes raisonnables et immortelles5 qui les rendaient propres à cette vie avec Dieu pour laquelle ils avaient été créés.  Ils ont été faits à l’image de Dieu en connaissance, justice et vraie sainteté6, ayant la loi de Dieu inscrite dans leur cœur7, et le pouvoir de l’accomplir.  Ils avaient cependant la possibilité de la transgresser, puisqu’ils étaient laissés à la liberté de leur propre volonté qui était capable de changement8.

4. Gn 1.27 5. Gn 2.7 6. Ec 7.29 ; Gn 1.26    7. Rm 2.14-15    8. Gn 3.6

 

Par. 3 – En plus de la loi inscrite dans leur cœur, ils ont reçu l’ordre de ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal9.  Tant qu’ils ont gardé ce commandement, ils ont été heureux dans leur communion avec Dieu et ont dominé sur les créatures10.

9. Gn 2.17 10. Gn 1.26, 28

Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia), Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme), et The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).