La doctrine de l’alliance de Dieu – Théologie systématique #7

La Bible présente-t-elle une histoire cohérente et suivie du début à la fin ou est-elle une collection de récits qui n’ont en commun que le fait d’appartenir à l’histoire du peuple juif? Peut-on unifier toute la trame biblique en reliant chaque partie au tout ou n’y a-t-il pas de tout auquel on puisse rattacher les parties? Y a-t-il une continuité ou une discontinuité entre l’Ancien et le Nouveau Testament, entre Israël et l’Église? Le salut est-il le même sous l’ancienne et la nouvelle alliance?

C’est à ce genre de questions fondamentales que s’intéresse la doctrine de l’alliance.

 

>> Lisez le chapitre 7 de la Confession de 1689 sur Facebook <<

>> Procurez-vous la confession complète en format pdf <<

Dans l’Écriture nous retrouvons plusieurs alliances : l’alliance des œuvres avec Adam, l’alliance de grâce, l’alliance de préservation avec Noé, l’alliance abrahamique de la circoncision, l’alliance mosaïque avec le peuple d’Israël, l’alliance davidique, la nouvelle alliance.

Une alliance établit les termes de la relation entre Dieu et les hommes et stipule les exigences et les promesses de Dieu envers l’homme. Une alliance peut offrir un bienfait de manière conditionnelle ou inconditionnelle. Elle aura souvent un médiateur qui agira comme représentant de tous les membres de l’alliance en question. Il y a différentes façons d’entrer dans une alliance avec Dieu dépendamment du type d’alliance.

Par exemple, on entrera dans une alliance de type terrestre par un moyen naturel (la naissance) et dans une alliance de type spirituel ou céleste par un moyen surnaturel (la nouvelle naissance).

Toutes ces précisions sont essentielles à une bonne théologie des alliances et influencent considérablement notre interprétation des Écritures. L’alliance constitue le cadre théologique dans lequel nous comprenons à la fois l’histoire biblique de la rédemption (la trame des Écritures) et les dogmes que nous en dégageons (les doctrines de la création, du péché, de la rédemption, de l’Église, etc.) Impossible de saisir et d’apprécier l’approche réformée en dehors du cadre de l’alliance!

Certains critiques de cette approche croient qu’elle mène de facto au pédobaptême. Beaucoup ignorent les nuances théologiques apportées par les baptistes anglais du 17e siècle. En effet, une grande partie du mouvement baptiste a été immergé, pour ainsi dire, dans le dispensationalisme.

Beaucoup de baptistes, qui aujourd’hui rejettent le système des dispensations, rejettent également la théologie des alliances, ignorant que celle-ci était à la fois le socle commun des baptistes dans l’arbre généalogique réformé, tout en étant le point de rupture de la branche baptiste de cet arbre.

Tout comme leurs prédécesseurs presbytériens le font dans la Confession de foi de Westminster, les baptistes affirment, dans la Confession de 1689, une seule alliance de grâce et un seul peuple de Dieu de la Genèse à l’Apocalypse. Non seulement partagent-ils cette conviction d’un seul et même salut par l’alliance de grâce dans toute la Bible, mais les baptistes entérinent pleinement le concept de l’alliance des œuvres brisée par Adam et accomplie par Christ.

Cependant, la confession de foi des baptistes n’est pas une simple copie de la confession de foi de Westminster. Le plus souvent elle s’y conforme, mais elle y apporte aussi des modifications parfois très significatives. La modification la plus importante se trouve au chapitre 7. Alors que les deux premiers paragraphes de ce chapitre sont quasi-identiques à ceux de la Confession de Westminster, le paragraphe 3 est complètement original.

Cette différence est à la base des particularités de la pensée baptiste. Autrement dit, c’est parce qu’ils faisaient une lecture différente des alliances bibliques que les baptistes définirent l’Église comme étant formée uniquement de croyants régénérés et qu’ils réservèrent exclusivement le baptême à ceux-ci. Voici donc quatre questions par lesquelles nous examinerons les données de la confession de foi :

1. Comment l’homme pouvait-il mériter la vie éternelle devant Dieu?

2. Qu’est-ce que l’alliance de grâce?

3. Comment l’alliance de grâce fut-elle révélée dans l’histoire de la rédemption?

4. Qu’est-ce que l’alliance de rédemption?


Article précédent: La doctrine de la chute de l’homme –  Théologie Systématique #6

Article suivant: La doctrine de Christ – Théologie Systématique #8 (Bientôt disponible)

VOIR LA LISTE DE TOUS LES ARTICLES DISPONIBLES POUR CETTE SÉRIE



Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia) – Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme) – The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).


(CC) (BY NC ND) Le Bon Combat. Vous êtes encouragé à partager l'ensemble des ressources disponibles sur ce site. Si vous reproduisez un extrait de l'un de nos articles, nous vous remercions d'y inclure systématiquement un lien renvoyant vers la source. Dans le cas où vous souhaiteriez reproduire un article dans son intégralité, merci de nous contacter.