Dieu peut-il vraiment tout?

Quand on parle de l’omnipotence de Dieu, plusieurs passages bibliques viennent à l’esprit, notamment les fameux “notre Dieu est au ciel, il fait tout ce qu’il veut” (Ps. 115:3) et “rien n’est impossible à Dieu” (Luc 1:37). (1)

Oui mais voilà : dans les faits personne ne croit que Dieu puisse mourir ou pécher.
L’Ecriture elle-même établit clairement que Dieu ne peut pas mentir (Ti. 1:2 ; Hé. 6:18) ou se renier lui-même (2 Tim. 2:13).

Les philosophes athées se sont généralement empressés de pointer l’incohérence de la doctrine de l’omnipotence divine, notamment au moyen du célèbre “paradoxe du rocher”, sur lequel nous allons revenir plus bas.

Commençons par définir l’omnipotence, avant d’aborder cette objection courante.

 

1- Qu’est-ce que l’omnipotence?

Ce terme vient du latin omnipotentia (litt. “tout pouvoir”, “toute puissance”). Comme nous l’avons vu, s’en tenir au sens littéral est erroné, et ce serait un raccourci que d’attribuer à Dieu la capacité absolue de tout faire.

Néanmoins, on peut définir l’omnipotence en deux temps :

1- “Dieu peut tout faire”, affirmation soumise à certaines restrictions.

2- “Dieu possède tout pouvoir”, affirmation elle aussi soumise à certaines restrictions.

Pourquoi parler de “restrictions” ? Parce que, dans les faits, il y en a au moins deux :

A- Dieu n’a pas besoin d’être capable de faire ce qui est logiquement inconsistant pour être omnipotent (par logique, j’entends une vérité nécessaire)

B- Dieu n’a pas non plus besoin d’être capable d’opérer ce qui est contraire à sa nature essentielle, en particulier sa nature morale essentiellement bonne et son existence nécessaire.

Ce qui nous conduit à une définition de l’omnipotence formulée ainsi :

Dieu peut amener à l’existence n’importe quel état de fait qui est (a) logiquement possible et (b) en accord avec sa nature essentielle. 

Voilà pourquoi Augustin déclare : “c’est précisément parce qu’il est omnipotent que certaines choses lui sont impossibles.” (2)

 

2- Le paradoxe du rocher

Cette objection bien connue est généralement formulée ainsi :

Si Dieu est tout-puissant, pourrait-il créer un rocher si lourd qu’il ne puisse pas lui-même le porter ?

– S’il le peut, il cesserait d’être tout-puissant
– S’il ne le peut pas, c’est qu’il n’est pas tout-puissant.

Comment répondre ? En réalité cette objection est basée sur une mauvaise compréhension de la doctrine de l’omnipotence et de la notion de pouvoir. (3)

Si l’on s’en tient à ce que nous avons formulé ci-dessus, une réponse en cinq points est possible :

1- Dieu est infini (4)

2- Un roc que Dieu ne puisse porter doit obligatoirement être égal ou supérieur à l’infini

3- Tout ce que Dieu crée est fini et dépendant de son créateur 

4- Un roc infini est donc une impossibilité logique

5- Par conséquent, Dieu ne peut pas créer un rocher si lourd qu’il ne puisse le porter, justement parce qu’il est omnipotent. 

 

D’autres objections de ce type existent, notamment celle de la tentation du Christ incarné. Nous aurons certainement l’occasion d’aborder cette problématique lors d’un autre article.

 

 

GB

 

 

 

Notes et références :

(1) Voir également Ps. 24:8 ; Gen. 17:1 ; Gen. 18:4 ; Matt. 19:26 ; Rom. 1:20 ; Ac. 4:13 ; 17:26 etc.

(2) Augustin, La cité de Dieu, V.10.

(3) Pour Thomas d’Aquin, dire que Dieu ne peut pas mourir ni mentir ne revient pas à refuser à Dieu quelque puissance réelle. C’est plutôt une impuissance, une faiblesse qui est écartée. Cf. Thomas d’Aquin, Questions Disputées sur la Puissance de Dieu, Art. 5 et 7.

(4) Ou plutôt, disons comme Anselme “Dieu est ce qui est tel que rien de plus grand ne puisse être conçu”. Une partie de ce qui est connu comme “l’argument ontologique.” Cf. Proslogion II. => Par conséquent, puisque l’homme peut éventuellement concevoir l’infini en formulant cette question, alors Dieu est plus grand encore que cette conception de l’infini.

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, auteur, et fondateur du blog Le Bon Combat dont il est l'un des administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse). Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale.