Comment contextualiser l’Evangile ? Entretien avec Benjamin Short (part. 1)

Cette semaine, pour notre 71ème épisode, nous nous posons l’une des questions les plus difficiles qui soit d’un point de vue missionnaire : comment contextualiser l’Evangile de façon à ce qu’il soit compréhensible dans une culture donnée sans pour autant en amoindrir le message ?

C’est LE challenge missionnaire par excellence, celui auquel nous devons tous répondre d’une manière ou d’une autre. En effet, si l’on ne contextualise pas, le risque est que le message de l’Evangile ne soit pas compréhensible ; en revanche, si la contextualisation prend le dessus sur le contenu du message, le risque est que nous ne prêchions plus l’Evangile pleinement.

Pour répondre à cette question, Guillaume reçoit cette semaine Benjamin Short, missionnaire dans un contexte hautement musulman. Benjamin a implanté une église en partant de rien, dans un pays qu’il ne connaissait pas, au moyen d’une langue qu’il a du apprendre intégralement sur place.

Nous lui demandons de nous éclairer sur les plus grandes difficultés qu’il a rencontrées, et comment il est finalement parvenu à à amener plusieurs personnes à Christ.

Ecoutez cet épisode profondément encourageant, et faites-nous part de vos retours !

 

Bonne écoute !

 

Processed with VSCOcam with f2 preset

Abonnez-vous


LOGO-iTunes-REAL

soundcloud_460x290

12065637851779660844srd_rss_logo-svg-med

 

 

 

<p>“Que dit la Bible ?” est le podcast hebdomadaire du blog Le Bon Combat. Retrouvez l’ensemble des questions posées et de nos entretiens sur l’onglet dédié, en haut et à droite de la barre de menu du site !</p>

  • C’est un témoignage pertinent qui met en avant la façon de rendre le message de l’Évangile accessible sans en enlever l’essentiel. J’ai retenu la nécessité de comprendre la culture dans laquelle on s’insère et que, dans ce cas, transmettre par des actes était plus approprié que débattre sur les mots. J’ai également été marquée par ce travail sur soi, car quand on va annoncer un message aux «autres», on oublie parfois que ces «autres» nous apprennent aussi beaucoup, et nous permettent de nous remettre en question.
    Merci pour cet entretien !

%d blogueurs aiment cette page :