Connaissance ou… obéissance ?

Steve Smith dirige actuellement le travail de l’International Mission Board (organisation missionnaire de la Convention des Baptistes du Sud, USA) en Asie du Sud-Est. La réflexion ci-dessous est inspirée par le travail de Ying Kai, missionnaire au sein de la même structure et à l’origine du plus important mouvement d’implantation d’églises dans l’histoire récente*

**

La maturité fondée sur l’obéissance opposée à la maturité fondée sur la connaissance

Bien souvent, notre évaluation de la maturité d’un croyant est basée sur son niveau de connaissance. Mais le Nouveau-Testament évalue la maturité d’un croyant sur la base de son obéissance (cf. Jean 14:15, Jacques 1:22-25).

Pensez à chaque sermon, chaque étude biblique, chaque passage des Ecritures que vous avez entendu ou lu (connaissance). Estimez le pourcentage de ce à quoi vous obéissez toujours. Cet exercice peut être quelque peu embarrassant… Vous pouvez peut être dire : “j’obéis systématiquement à environ 30% de tout ce que je sais”. Si notre évaluation de la maturité chrétienne est fondée sur la connaissance, pouvons-nous pour autant être à l’aise en désobéissant sciemment à 70% de ce que nous connaissons ? Est-ce là la maturité biblique ? Si quelqu’un est croyant depuis un temps assez long, il est possible qu’il ait beaucoup de connaissance, mais que la proportion de ce à quoi il obéit soit faible. Malgré sa “maturité” fondée sur sa connaissance, son coefficient de désobéissance est élevé !
A contrario, un nouveau converti issu d’une implantation d’église* n’en saura pas autant sur la Bible que le croyant qui s’auto-évalue selon la méthode fondée sur la connaissance, mais sa valeur se trouve dans le fait qu’il cherchera à obéir à tout ce qu’il sait. S’il obéit systématiquement à 90% de ce qu’il entend de la Parole de Dieu, son coefficient de désobéissance est donc de 10% seulement.

Lequel des deux est le plus mature ?

Les ministères d’implantations d’églises* mettent l’accent sur un processus qui aide les croyants à obéir à tout ce qu’ils apprennent. Et c’est là ce qui constitue la véritable maturité.

La progression de la maturité : Croire – Servir- Croître

Dans un processus de discipulat basé sur la connaissance, nous retardons l’échéance à laquelle un nouveau converti peut servir ou diriger en fonction des connaissances qu’il a acquises. La maturité fondée sur la connaissance suit une progression dont l’ordre est “croire – croître – servir”. Dans ce modèle, quand des personnes viennent à la foi, elles sont intégrées à un processus d’enseignement et ne se voient généralement pas confier beaucoup de responsabilités. Le processus de maturation s’étend parfois sur plusieurs années. Beaucoup d’églises ou de missions ne leur laisseront pas prendre de responsabilités tant qu’elles n’auront pas “maturé” jusqu’à un certain point.

Ephésiens 4:11-16 enseigne un ordre radicalement différent :

  • v. 11 : les leaders sont donnés à l’église **
  • v. 12 : ils viennent équiper le peuple de Dieu (pour connaître Dieu, servir, etc…).
  • v. 12(b) : les membres du corps se mettent à l’oeuvre et servent
  • v. 12(c)-13 : le résultat manifeste est qu’ils deviennent mature, et que le corps -l’église- est en croissance au travers de ce processus.

Par conséquent, la progression biblique de la maturité :

  • n’est pas, dans l’ordre, “CROIRE – CROÎTRE – SERVIR”
  • mais plutôt “CROIRE – SERVIR – CROÎTRE”

Dans le Nouveau-Testament, les croyants croissent PAR le service. Plutôt que d’éloigner les nouveaux convertis du service et du leadership tant qu’ils ne sont pas “matures”, ne devrions-nous pas plutôt les aider à croître en les encourageant à servir là où c’est le plus approprié pour eux, et au final en les amenant à diriger s’ils se montrent fidèles ?

Il s’agit là d’un processus de discipulat basé sur l’obéissance. Le processus qui conduit à la maturité est ici bien plus rapide que lorsqu’il est basé sur la connaissance.

 

 

Steve Smith (traduit librement)

* Steve Smith parle ici des implantations d’églises réalisées selon le processus défini dans le livre T4T, A Discipleship Re-Revolution (T4T, une ré-révolution du discipulat).

** Note de GB : par “leader”, Steve Smith entend “ceux à qui Dieu a confié la conduite de l’église par le ministère de la Parole au travers des dons d’apôtre, d’évangéliste, de bergers-enseignants”

 

 

 

 

Réflexions et ressources d'édification centrées sur Dieu