Votre colère n’a rien à voir avec celle de Christ

Jésus a renversé les tables des marchands tu temple après s’être fait un fouet de corde, certes. Mais cela vous autorise-t-il à en faire de même ? Notre frère Alexandre Sarran, pasteur à Lyon, nous indique à ce sujet une excellente citation de Jean Calvin.

“À ceux qui excuseraient leur indélicatesse à l’encontre de leurs frères et sœurs dans la foi, sous prétexte qu’ils ne font qu’imiter Jésus qui a lui-même renversé des tables :

En agissant ainsi, il n’y a point de doute que [Jésus] s’est montré Roi et souverain sacrificateur, gouverneur et conducteur du temple, et du service de Dieu. Ce point est à noter, afin que chaque particulier n’estime pas qu’il lui soit permis d’en faire autant. Il est vrai que tous les fidèles doivent avoir le zèle par lequel Christ a été poussé en faisant ceci. Mais de peur que sous prétexte de l’imiter quelqu’un ne s’ingère témérairement, il faut regarder ce que comporte notre vocation, et jusqu’où nous pouvons aller suivant le commandement de Dieu.
~ Jean Calvin”

Nous ne sommes pas Christ. Nous n’avons pas sa vocation. Avant de nous de nous faire un fouet de corde pour “reprendre” les autres, commençons par examiner ce qui en nous relève des changeurs et des vendeurs de pigeon.

 

 

 

<p>Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l’un de ses administrateurs actuels. Il s’intéresse particulièrement à l’intertextualité et à l’exégèse de l’Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat en Ancien Testament à l’Université d’Aberdeen (Ecosse).</p>

  • Ulisses DE SOUSA MENDES

    Évidemment c’est un abus de prendre cette épisode de la vie de Jésus pour justifier l’action violente dans les relations interpersonnelles, Mais si l’on veut être tout a fait précis on doit reconnaitre qu’ici Jésus confronte pas tant les « personnes » qui s’adonnaient au commerce inique dans le Temple mais plutôt l’institution religieuse elle-même qui couvrait et profitait de cet état de fait .

    Ainsi, il me semble abusif de prendre cette recommandation de Calvin pour interdire ( « ce
    n’est pas notre vocation  » ) toute résistance chrétienne juste à une institution inique et tyrannique. D’ailleurs le même Calvin à semblait , certes avec précaution mais tout de même, recommandé l’opposition à la tyrannie ( cad un pouvoir outrepassant ses prérogative selon la Loi de Dieu ).

    https://monarchomaque.org/2011/09/27/manuel/

  • Mark Gostlin

    Mais, n’est-ce pas vrai que nous devrons suivre l’exemple de Christ en voyant qu’il a fait de tel sort qu’une fois dans son ministère entière et que cela n’était pas de tout un attaque personnel? Ou, est-ce cet réflexion n’est pas valide pour nous qui ne sont pas les rois? 🙂

    • Francine

      Bien sûr que le spectacle de toute injustice ou situation portant atteinte à la gloire de Dieu devrait susciter dans l’âme du chrétien une sainte indignation, identique à celle que Christ en tant qu’individu, éprouverait en la voyant, et à déterminer la volonté de son disciple à agir selon un même Esprit. Mais vous n’avez pas compris ce qui fait la valeur ineffable de la citation : elle a pour auteur Jean Calvin… Ah ! si Jean Dupont répète à qui veut l’entendre que l’argent ne fait pas le bonheur, personne ne contestera son adage, mais tout le monde le jugera d’une banalité affligeante. Par contre, lorsque Jean Calvin, nous met en garde contre les mauvais conseils de la colère, il faut convenir que sa parole est tout simplement sublime et profonde. Pareil d’ailleurs s’il nous avait fait remarquer que les cordonniers sont souvent mal chaussés. Bigoterie quand tu nous tiens…

      • Mark Gostlin

        Merci. Je ne me sens pas de tout á l’aise avec la français et vous avez bien clarifié un coté de cette discussion qui je trouves remarquable aussi.

        • Francine

          I assure you, dear Mark, that your french seems to me as good as Calvin one, at least in the original editions of his works.

          • Mark Gostlin

            Je voudrais rester humble et dire simplement, ‘merci’ – mais vous m’avez fait rire un peu. Pour cela aussi, je dirais ‘merci’. 🙂

%d blogueurs aiment cette page :