Charlie Hebdo : Comment faire bon usage de sa liberté d’expression ?

Face aux tragiques évènements récents, de très nombreuses personnes se sont levées et ont pris position pour la défense de  la liberté d’expression.

Les chrétiens n’ont pas fait exception, avec toutefois quelques polémiques qu’il aurait peut être mieux fallu ne pas laisser tant enfler. (1)

Quoi qu’il en soit, au vu du nombre de commentaires et de réactions passionnées sur les réseaux sociaux, le moins que l’on puisse dire est que les chrétiens sont profondément attachés à cette liberté fondamentale.

A la bonne heure !

Dans le contexte que nous traversons, au milieu des réactions cacophoniques des uns et des autres, comment pouvons-nous, en tant que chrétiens, faire bon usage de notre liberté d’expression ?

Voici quelques rappels important qui pourraient bien vous y aider.

 

 

Liberté d'expression

 

 

1- Souvenez-vous qu’il vous faut garder la tête froide

Les différentes fusillades, les morts, les prises d’otages, toutes ces choses vous ont certainement profondément marqué. C’est légitime. Nous sommes tous consternés, à l’image de notre pays et même du monde entier.

C’est sans doute ce qui explique les réactions passionnées et parfois déplacées de certains d’entre nous.

Dans un tel contexte, il important que nous veillions attentivement à ne pas laisser nos émotions nous submerger.

Il vaut mieux parfois attendre un peu avant de réagir, gardant en tête que “celui qui met un frein à ses paroles possède la connaissance” et que “l’homme à l’esprit calme fait preuve d’intelligence” (Proverbes 10:19, S21).

L’émotion passée, il n’est pas rare que nous regrettions certaines prises de position hâtive. Et ce que nous écrivons sur Facebook ou Twitter nous expose devant le monde entier.

Il y a une grande différence entre être le sel de la terre et être le piment des réseaux sociaux.

 

2- Souvenez-vous que la liberté d’expression n’est pas une fin en soi

Nous vivons dans un pays où le droit de s’exprimer fait partie des libertés fondamentales.
Mais celui-ci n’a de valeur que si on en use, et si on en use sagement.

Lorsque les locaux de Charlie Hebdo ont été attaqués, plusieurs d’entre vous se sont levés pour défendre la liberté d’expression. Mais avant cet attentat, comment vous en serviez-vous ? Et maintenant que ces évènements sont derrière nous, comment comptez-vous agir en ce sens ?

Il est vrai que l’on peut parfois avoir l’impression que la liberté d’expression est un concept à géométrie variable.
L’un de mes amis a récemment posté cette réflexion sur Facebook :

– Moquer les religions = liberté d’expression, joyau de la nation.
– Croire en Dieu et en parler = sphère privée, sinon prosélytisme, interdit…
… cherchez l’erreur…

Seriez-vous prêt à défendre votre liberté d’exprimer votre foi comme vous avez défendu celle de Charlie Hebdo de publier des caricatures qui l’attaquent ?

 

3- Souvenez vous de votre appel

Si vous êtes un enfant de Dieu, alors vous avez reçu le Saint-Esprit (Romains 8:9). Vous en êtes le temple, et vous lui appartenez en propre (1 Corinthiens 6:19). Vous êtes appelés à vous laisser diriger par lui dans tous les aspects de votre vie (Galates 5:16).

Le Saint-Esprit est Dieu lui-même qui agit avec puissance dans votre vie afin de faire de vous un témoin (Jean 15:26-27 ; Actes 1:8).

Tel est votre appel : proclamer l’Evangile de Christ !
Et Dieu, dans sa grande bonté, vous a accordé de vivre dans un pays où vous pouvez le faire librement.

Peut-être vous êtes-vous levé et avez pris position ces derniers jours. Peut-être même faisiez vous partie des centaines de milliers qui ont défilé dimanche dernier.

Vous avez eu à coeur de vous battre pour votre liberté d’expression. En ferez-vous usage pour proclamer le message dont vous êtes le dépositaire ?

 

4- Souvenez-vous qu’il y a plus dramatique que le terrorisme

Les images sont violentes, choquantes. Nous ne nous y habituerons jamais, surtout quand elles nous touchent de près.

Les victimes des attentats de la semaine dernière ont connu une fin effroyable. Si certaines sont décédées immédiatement, d’autres ont agonisé lentement avant de mourir.

Cependant, aucune de leurs souffrances n’est comparable à celles que les damnés expérimenteront en enfer.

La Bible emploie un langage métaphorique pour les désigner, parlant du “ver qui ne meurt point”, du “feu qui ne s’éteint point”. Le caractère permanent et continuel de ces souffrances ne fait aucun doute, de l’aveu même de Christ. (Marc 9:47-48)

Si les menaces terroristes qui planent sur notre pays sont à prendre au sérieux, à combien plus forte raison devrions nous considérer les avertissements bibliques solennels au sujet de l’enfer.

Combien notre liberté d’expression nous est chère ! Mais nous en servirons-vous pour avertir nos concitoyens du feu éternel qui les guette ? (Jude 23a)

 

5- Souvenez-vous que nous sommes dans l’urgence

Ces attentats nous rappellent que nous pouvons d’un instant à l’autre quitter ce monde. Quelle victime de l’Hyper Casher aurait cru qu’elle perdrait la vie en allant faire ses courses ?

Vous aussi, vous quitterez tôt ou tard ce monde, peut être subitement, comme l’apôtre Pierre (2 Pierre 1:14).
Ou peut être que le Seigneur viendra au moment où vous vous y attendrez le moins, vous prenant ainsi de court avec le reste des êtres humains ( 1 Thessaloniciens 5:2 ; Luc 17:24, 26-30).

Êtes-vous prêt pour ce jour ? Et si oui, sentez-vous l’urgence de la situation ?

Christ lui-même met en garde : les faits divers, si graves soient-ils, sont un rappel du besoin urgent qu’ont les hommes de se repentir (Luc 13:3, 5).

 

 

Mégaphone

 

 

Conclusion : souvenez-vous que la liberté d’expression est une grâce.

Tous n’ont pas le privilège qui est le votre.
Dans de nombreux pays, annoncer l’Evangile est passible de peines de prison, voire de châtiments corporels ou de mort.

Les 80 chrétiens Nord Coréens exécutés récemment pour possession de Bibles en sont le témoignage criant.

Pourtant, ce sont dans des pays où la liberté d’expression n’a pas droit de cité que l’Evangile progresse le plus. (2)

Les chrétiens de France doivent se souvenir que la liberté d’expression est plus qu’une valeur à défendre : il s’agit d’une grâce que Dieu leur accorde pour accomplir la mission la plus importante du monde, celle de prêcher Christ à un monde déchu.

 

Chrétiens, ferez-vous bon usage de votre liberté d’expression ?

 

GB

 

 

Notes et références :

(1) Je fais notamment référence aux réactions enflammées autour des hashtags #jesuischarlie et #jenesuispascharlie
(2) A titre d'exemple, la Somalie et l'Iran, pays particulièrement fermés, enregistrent des taux de conversion au christianisme parmi les plus importants de la planète. Cf. Operation World.

 

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, auteur, et fondateur du blog Le Bon Combat dont il est l'un des administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse). Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale.