Devenir-indispensable-au-travail_RD_Article

Nous ne sommes pas indispensables à l’oeuvre de Dieu

Voici une citation profondément percutante de Charles H. Spurgeon :

Il est primordial que nous soyons parfois contraint à un état d’humilité. La conscience de l’importance de soi est une illusion odieuse, dans laquelle nous tombons aussi naturellement que les mauvaises herbes poussent sur un tas de fumier.

Nous ne pouvons pas être utilisés par le Seigneur sans que nous ne rêvions aussi à notre grandeur personnelle. Nous nous croyons presque indispensables à l’église, les piliers de la cause, et les fondations du temple de Dieu.

Nous sommes néant et nullité, mais il est bien évident que nous ne nous voyons pas comme tels, car dès que nous sommes mis sur la touche, nous commençons à angoisser: «Comment le travail va-t-il continuer sans moi?». Une mouche sur la roue du camion postal pourrait tout aussi bien dire: «Comment le courrier va-t-il être acheminé sans moi?»

De bien meilleurs hommes que nous sont morts sans avoir amené le travail du Seigneur dans un état stable, et nous, devrions-nous fulminer et angoisser parce que, pour un peu de temps, nous devons rester couchés sur le lit de la langueur?

Dieu affaiblit parfois notre force au moment précis où notre présence semble être plus que nécessaire afin de nous apprendre que nous ne sommes pas réellement nécessaires pour l’œuvre de Dieu, et que lorsque nous sommes le plus utiles, il peut facilement se passer de nous.

Si cela est la leçon pratique, le dur apprentissage peut être facilement supporté car assurément, il est souhaitable au-delà de toutes choses que le “moi” demeure petit et que le Seigneur seul soit magnifié.

 

– Charles H. Spurgeon
« Laid Aside, Why?,” The Sword and Trowel, Mai 1876.

 

 



Ingénieur informatique de formation, marié et père d'une jeune famille, je me passionne aussi pour la théologie. Mes intérêts particuliers sont la continuité/discontinuité entre les testaments, la théologie de l'alliance, le christianisme historique (crédo / confessions / catéchisme), et la pertinence de tous ces sujets pour l'église d'aujourd'hui. Mes théologiens favoris sont principalement d'école néo-calviniste (Bavinck, Vos, Courthial, ...). Directeur d'adoration pendant plusieurs années, les sujets de l'adoration, de la musique et du culte dans l'église me sont aussi chers.


  • Matt Massicotte

    Pour mes amis Québécois, « mis sur la touche » signifie « mis aux oubliettes ou encore « mis sur la tablette ».

  • ii

    Mais si nous ne sommes pas indispensables, pourquoi existons nous ? Quelle serait la causalité de notre vie ?

    • Francine

      Le Fils de Dieu devenu homme reste homme pour l’éternité ; son incarnation est un acte irréversible : Dieu a voulu prendre un aller simple pour cette humanité qu’il a créée, et il n’en reviendra jamais : C’est pourquoi l’homme est devenu indispensable à sa gloire.

      L’individu, c’est autre chose, notre petit moi ne peut prétendre, à lui tout seul, représenter l’humanité. Ainsi, comme nous l’a recommandé le Maître, après avoir fait ce que nous devions, il nous convient de dire : nous ne sommes que des serviteurs inutiles. S’en suit-il que notre personnalité, notre moi, soit appelé à disparaître ? Non, car il semble bien que Dieu nous aime personnellement, individuellement. Or, par définition, en amour, l’autre est absolument indispensable. Mais il faut avouer que c’est un grand mystère.

      • ii

        De bons sentiments, mais cela ne répond pas à ma question.

        • Etienne Omnès

          C’est vrai que c’est une question compliquée, d’autant plus qu’elle nous touche dans notre identité même, et notre vue de nous-même. Que le Seigneur m’assiste alors que je vous réponds.

          A priori je pense qu’il ne faut pas interpréter trop fort la citation de Spurgeon: ce n’est pas parce que nous ne sommes pas indispensables à Dieu que nous sommes inutiles. Ce n’est pas parce que Dieu peut faire sans nous qu’il se débrouille tout seul. Son plus grand plaisir est au contraire de faire à travers nous.

          Seulement parfois, nous nous centrons un petit peu trop sur notre « utilité pour le royaume » et adoptons la vision que le Royaume de Dieu dépend de nous, de notre prochaine action, de notre propre discipline et cela va jusqu’à embrigader l’entourage qui lui aussi a la lourde responsabilité de faire triompher le Bien sur le Mal… et c’est le début de la tyrannie théocratique qui a fait des ravages dans beaucoup d’églises, où l’on oublie que les frères sont fils et non esclaves.

          C’est contre cela que parle Spurgeon. L’oeuvre du Royaume est avant tout celle de Dieu. C’est lui qui donne les moyens, les possibilités et les accomplissements. Notre charge et notre utilité est bel et bien de réaliser le Royaume de Dieu, mais nous n’avons pas besoin d’aller jusqu’à croire que l’équilibre de l’univers est entre nos mains. Nous ne sommes pas comme ces ados que l’on retrouve dans les univers de fantasy ou de super-héros qui doivent sauver le monde alors qu’ils n’ont même pas encore atteint l’âge adulte et qui s’ils se ratent, laissent les ténèbres envahir la Terre.

          Cette citation n’est finalement rien d’autre qu’un appel à l’humilité et à la modération quant à sa vision de son « ministère »

          Quelle est la causalité de notre vie? Connaître Dieu et le glorifier pour toujours. Comment le faire? Par une vie sainte et une conduite d’amour.
          « Ce que ta main trouve à faire, fais-le » (Ecc9.10) et « Que vous mangiez ou que vous buviez, faites tous à la gloire de Dieu » (1Co10.31) Nous sommes utiles, mais nous ne sommes pas indispensables.

          Est ce que cela est plus clair pour vous? Ai-je mieux répondu à votre question?

          • ii

            À l’exception du paragraphe avec les jeunes et la fantasy et les super-héros ; je trouve cette réponse assez éclairante et interessante. Merci.

(CC) (BY NC ND) Le Bon Combat. Vous êtes encouragé à partager l'ensemble des ressources disponibles sur ce site. Si vous reproduisez un extrait de l'un de nos articles, nous vous remercions d'y inclure systématiquement un lien renvoyant vers la source. Dans le cas où vous souhaiteriez reproduire un article dans son intégralité, merci de nous contacter.