Est-il bon de faire son culte personnel dans les langues originales?

Cet article a été publié le 27 octobre 2015 sur le blog de B&H Academics par Todd Scacewater, professeur assistant de Grec et de Nouveau Testament à la Faculté Westminster (Philadelphie, USA) et éditeur chez exegeticaltools.com.

**

 

Le meilleur moyen qu’ont les chrétiens d’optimiser leurs compétences en langues bibliques (grec, hébreu, araméen) est de lire quotidiennement. Et il n’y a pas de meilleure occasion pour le faire que lors de notre culte personnel. Mais il existe certains écueils à éviter.

Sans aucun doute, il y a le danger de faire de votre culte personnel sur un passage où les mécanismes de la  langue fait que vous ne pouvez lire qu’avec certaines difficultés. Il est aussi dangereux de faire de votre culte personnel avec l’objectif de vous améliorer académiquement.

Le pire risque est peut être que ce moment devienne ennuyeux.

Mais ce n’est pas parce qu’il existe des dangers que nous devons nous priver de cette pratique. Pourquoi apprenez vous les langues bibliques? Pour mieux comprendre la Parole de Dieu. Quel est le but de votre culte personnel ? Se connecter à Dieu par sa Parole. Lire la Bible dans les langues originales devrait donc vous aider à mieux vous connecter à Dieu.

Plus vous comprendrez ce que Dieu vous dit, plus vous serez connecté et en « communion » avec Lui. (comme le dirait John Owen).

Mais ne vous arrêtez pas à mes paroles seulement. L’essai de B.B. Warfield, The Religious Life of Theological Students, explique l’importance d’associer une compréhension fidèle aux Écritures à notre culte personnel.

N. T. Wright considère le temps qu’il passe quotidiennement à lire les langues originales comme étant tout à la fois prière et étude. D. A. Carson nous a aussi exhorté à ne pas séparer nos capacités académiques et notre culte personnel, car cela risquerait de devenir deux manières différentes et disjointes de lire Bible.

 

Mais comment pouvez-vous commencer à intégrer le grec, l’hébreu et l’araméen à vos lectures  et moments de culte personnel?

  1. Lisez dans les langues originales proportionnellement à votre maîtrise de ces langues. La plupart des gens sont occupés par leur travail, leur ministère, leur famille ou leurs études et n’ont donc pas 2 heures par jour à consacrer à la lecture de plusieurs chapitres d’hébreu. Prenez donc un pourcentage, disons 50% de votre temps de culte personnel, à lire la Bible dans la langue originale du texte. Peut-être vous ne lirez que 6 versets d’hébreu en 15 minutes. Et bien passez ensuite 15 autres minutes à lire en français. Si vous lisez dans l’Ancien Testament et dans le Nouveau, alors lisez 3 versets en grec et 3 en hébreu puis le reste en français.
  2. Ne cherchez pas systématiquement la minutie technique. En cours vous êtes obligés d’analyser, de tracer des diagrammes et de traduire avec précision. Mais votre culte personnel n’est pas un cours et vous ne voulez certainement pas qu’il le devienne. Le but de ce moment est de vous connecter à Dieu, donc vous voulez vous concentrer sur le sens du texte et par conséquent il ne faut pas que vous soyez bloqué à chaque expression. Je suggère d’utiliser une Bible mettant en parallèle le texte original d’un côté et sa traduction de l’autre. Cela vous permettra de vérifier la fiabilité de votre traduction et de ne pas rester bloquer à la rencontre d’un vocabulaire inconnu ou d’une grammaire difficile. Avec le temps vous gagnerez du vocabulaire et vous serez habitué à la grammaire et la syntaxe grecque. Vous pouvez travailler les questions d’analyses et de paradigmes pendant cinq autres minutes de votre journée.
  3. Priez en fonction du passage lu. Il ne faut pas que votre culte personnel devienne un cours de grec. Donc priez pendant votre lecture, un verset à la fois. Une fois que vous l’avez traduit et que vous avez discerné le sens (et peut-être vérifié dans votre traduction à parallèle), passez du temps à prier. Évidemment certains versets inspirent plus la prière que d’autres mais si toute l’Écriture est réellement utile pour enseigner, corriger, et former en vue de la justice (2 Tim 3:16), alors elle est aussi utile pour nos prières.
  4. Mémorisez l’Ecriture dans les langues originales. Continuez à la mémoriser en français mais apprenez çà et là des versets en hébreu, en grec ou en araméen. Cela vous aidera à mieux comprendre, puisque vous serez capable de reproduire  des phrases dans cette langue et non de lire seulement. Mais cela attisera aussi votre désir pour ces langues car elles feront partie de vous. Citez ces passages dans les langues originales pendant vos prières peut enrichir ces moments. Je ne le recommande toutefois pas durant les prières en public !
  5. Lisez les langues originales en dehors de votre culte personnel. Si vous voulez intégrer le grec, l’hébreu et l’araméen à votre culte personnel, vous devez les connaître suffisamment pour pouvoir traduire quelques versets en peu de temps. Autrement, vous serez bloqués, distraits et découragés. Améliorer votre grec de façon à l’intégrer à vos cultes personnels et à votre ministère est la raison principale pour laquelle nous avons développé chez Exegetical Tools nos vidéos de lecture de grec. Durant ces vidéos nous traduisons les versets par groupes de 3 à 5 pendant 20 minutes. Nous nous concentrons sur la minutie de la langue, la morphologie, la grammaire, la syntaxe et le vocabulaire pour que vous n’ayez pas à le faire durant vos cultes personnels. Regardez les quelques premières vidéos de nos différentes séries pour voir en quoi cela vous aidera à apprendre, retenir et améliorer vos compétences linguistiques.

Au début cela peut paraître difficile, voire décourageant, d’essayer de lire ces langues lors de votre culte personnel. Mais si vous étudiez quelque peu en dehors de ce temps de culte et si vous intégrer d’une façon consistante ces langues dans votre lecture biblique, vous vous améliorerez régulièrement et vous aurez plus de facilité à vous connecter à Dieu dans une langue étrangère.

Et souvenez vous que le but de tout cela n’est pas premièrement d’améliorer vos compétences linguistiques mais d’entendre Dieu parler dans les langues par lesquelles il a parlé originellement.

 

 

– Todd Scacewater

 

 

 

Maxime, étudiant en Fac de Médecine, passionné parce tout ce qui ressemble à de la théologie.

  • Merci pour cet article que je découvre longtemps après sa publication. Question : par quels livres bibliques conseillez-vous de commencer quand on débute dans l’apprentissage de ces langues ?

  • Francine

    Pour l’araméen vous n’avez pas trop le choix : il faut commencer par Daniel 2:4 à 7:28 ou par Esdras 4:8 à 6:18.
    Cela peut sembler limité, mais n’oubliez pas que Jésus ne parlait grec pas à son entourage. Par conséquent, si vous voulez secrètement prier dans la langue originale comme le conseille l’auteur de l’article, il vous faudra étudier la Peshitta, et pourquoi ne pas commencer par le Notre Père ?
    – ܚܘܪܘ ܕܝܢ ܒܙܕܩܬܟܘܢ ܕܠܐ ܬܥܒܕܘܢܗ ܩܕܡ ܒܢܝ ܐܢܫܐ ܐܝܟ ܕܬܬܚܙܘܢ ܠܗܘܢ ܘܐܠܐ ܐܓܪܐ ܠܝܬ ܠܟܘܢ ܠܘܬ ܐܒܘܟܘܢ ܕܒܫܡܝܐ
    (Matthieu 6:1)

    Autrefois les choses étaient quand même plus simples ; il suffisait au pasteur de glisser de temps en temps dans son sermon un : « Dans le grec, le sens de ce verset me semble beaucoup plus clair… Dans l’hébreu, la beauté de ces mots m’émeut profondément... » et il entretenait facilement le respect de son auditoire. Mais aujourd’hui, avec l’inflation-dévaluation des gros diplômes, masters, doctorats, PhD, etc, si le pasteur ne veut pas passer pour un red neck, il est obligé d’en venir à un : « Dans l’araméen, ces paroles sont tout simplement sublimes… »

    En compensation, pour faire savoir qu’il étudie et prie secrètement dans les langues originales (mais pas publiquement !) le pasteur dispose de moyens nouveaux très efficaces : twitter, instagram, facebook, whatsapp…

%d blogueurs aiment cette page :